Quand un village nordique devient l’endroit le plus chaud au Canada

Share
Churchill, dans le nord du Manitoba, est devenu l’endroit le plus chaud au Canada et un record de chaleur a été battu lundi lorsque la température a atteint un maximum de 32,2 degrés Celsius. (Ryan Soulliere/Radio-Canada)
Churchill, dans le nord de la province du Manitoba, est rarement l’endroit le plus chaud au Canada, mais c’est exactement ce qui s’est passé lorsque la petite ville arctique a battu un record de chaleur datant de 68 ans, cette semaine.

Un avertissement de chaleur était en vigueur, lundi, lorsque Churchill était l’endroit le plus chaud du pays. La température dans la ville aux abords de la baie d’Hudson a atteint 32,2 degrés Celsius.

« L’ancien record de 24,4 degrés Celsius, établi en 1950, a alors été battu », affirme le météorologue d’Environnement Canada, Brad Vrolijk.

« C’est indéniablement une chose assez rare pour cette communauté. C’est un écart important avec l’ancien record. », souligne-t-il.

Le météorologue affirme aussi que, dimanche, la température a atteint 29,7 degrés Celsius, battant un record pour un 10 juin, établi en 1941.

20 degrés au-dessus de la moyenne

Les relevés météorologiques d’Environnement Canada à Churchill remontent à 1929. Les températures maximales moyennes des 10 et 11 juin à Churchill sont de 10 et de 10,3 degrés Celsius.

En plus du temps inhabituellement chaud des deux jours, Churchill a observé un indice humidex supérieur à 30 lundi.

Brad Vrolijk explique que, quand le temps se réchauffe dans la ville, une brise marine fraîche balaie la baie d’Hudson et fait baisser les températures. Mais, lundi, un vent continu du sud a soufflé des Prairies, et la chaleur a été bloquée sur Churchill parce que la moitié de la baie d’Hudson est encore gelée.

Il ajoute qu’à peine la canicule installée, les températures ont chuté à 6 degrés Celsius dans la nuit de lundi à mardi grâce à l’air frais de la mer, des conditions auxquelles sont habitués les gens de Churchill.

« Ils sont libérés de la chaleur maintenant, affirme le météorologue. Ils ne sont probablement pas habitués à d’aussi grandes variations de température. »

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *