Entente entre les patrons et le syndicat de la mine Ekati, dans le Nord canadien

Share
La mine Ekati, située au nord-est de Yellowknife, exploite le diamant depuis 1998. (Dominion Diamond Corporation)
La minière Dominion Diamond et le syndicat Union of Northern Workers ont signé une entente qui permettra de sécuriser 150 emplois que l’employeur songeait à remplacer par des travailleurs contractuels.

Selon un communiqué conjoint de l’employeur et du syndicat, l’entente permettra aussi de régler « plusieurs préoccupations en cours » à la mine Ekati.

« Notre préférence dans cette situation était de parvenir à un accord avec le syndicat », a déclaré le directeur général, Patrick Evans.

Conflit autour de l’absentéisme

En mai, le syndicat a sonné l’alarme après que la minière les eut informés que 150 postes pourraient être remplacés par des travailleurs contractuels.

Le directeur de Dominion Diamond avait alors affirmé que les suppressions proposées étaient le résultat de « hauts niveaux d’absentéisme qui ont eu un impact négatif sur les coûts d’exploitation ».

Le syndicat avait alors dénoncé des mesures antisyndicales et avait déposé une plainte auprès du Conseil canadien des relations industrielles.

En fin juin, le syndicat avait annoncé qu’il avait plutôt atteint une entente de principe avec l’employeur. Une entente acceptée par les membres de l’unité de négociation de la mine Ekati.

« Ce nouvel accord assure la sécurité d’emploi de nos membres à la mine Ekati pour les années à venir », estime le président du syndicat, Todd Parsons. « C’est une bonne nouvelle non seulement pour le syndicat et ses membres, mais aussi pour Dominion ainsi que le Nord. »

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *