Les contribuables du Nord seront mieux servis par l’Agence du revenu du Canada, dit la ministre

Share
Depuis l’automne 2017, un projet pilote à Whitehorse a permis aux Yukonnais d’obtenir des services en personne de l’Agence du revenu du Canada. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Les territoires du Nord auront de nouveaux bureaux locaux de l’Agence du revenu du Canada (ARC) à temps pour la prochaine période de déclaration du revenu.

L’annonce faite à Whitehorse (nord-ouest du Canada) par la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, vise à aider les habitants à « remplir leurs obligations » en embauchant 12 employés répartis en trois bureaux, un investissement de six millions de dollars, en plus d’une ligne téléphonique attitrée.

« Je recommanderai aussi des modifications visant à réduire la complexité des déductions pour les résidents du Nord, particulièrement en ce qui a trait au volet sur les déplacements. »

Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national
La ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, a annoncé à Whitehorse l’embauche prochaine de 12 employés répartis dans les trois capitales des territoires pour appuyer les habitants dans leur déclaration de revenus. (Mike Rudyk/Radio-Canada)

La ministre affirme avoir entendu les préoccupations des habitants des territoires et compte lancer des consultations publiques en vue de changements aux règlements entourant les déductions pour les habitants de régions éloignées.

Plus de déclarations réévaluées dans le Nord

Si à l’échelle nationale en 2016, 9 % des contribuables se sont vus donner un avis de nouvelle cotisation après avoir rempli leur déclaration, dans les territoires, ce taux passe à 15 % pour le Yukon et 13 % pour les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut.

Le ministère du Revenu national affirme toutefois que les avis de nouvelle cotisation ont diminué dans l’ensemble de 19 % au cours des cinq dernières années, mais la technicienne en comptabilité de Whitehorse, Julie Lachapelle, affirme ne pas avoir observé de diminution. Des 150 déclarations qu’elle produit chaque année pour ses clients, une sur dix, estime-t-elle, reçoit une réévaluation.

« Chaque année, il y a certains cas que je sais, les gens vont se faire vérifier automatiquement. Si, exemple, les gens déménagent au Yukon et qu’ils déclarent aussi la déduction pour habitant de régions éloignées, c’est automatique. Quand je prépare la déclaration d’impôt, je leur dis tout de suite: « Vous allez recevoir une lettre, vous allez vous faire vérifier, soyez pas surpris, soyez pas stressés, appelez-moi ». »

Julie Lachapelle, technicienne en comptabilité

Le problème entoure la déduction pour les habitants de régions éloignées de 11 $ par jour à laquelle les habitants des territoires ont droit. Les responsables du ministère fédéral expliquent que les critères d’éligibilité de cette déduction peuvent mener à des erreurs, puisqu’il faut avoir habité le Nord pendant au moins six mois consécutifs.

Julie Lachapelle affirme que certains locataires peuvent à tort croire y avoir droit. « Les gens doivent soit être propriétaires d’une habitation ou louer une habitation. Ici à Whitehorse, il y a beaucoup de gens qui louent des chambres dans des maisons et selon l’ARC, ils n’ont pas droit à cette déduction à moins que le propriétaire de l’habitation accepte de partager la déduction avec les locataires. »

Un rapport d’impôt du Canada. (Chris Young/La Presse canadienne)
Les entrepreneurs également dans la mire

L’ouverture de bureaux régionaux vise donc à donner aux contribuables ainsi qu’aux entreprises l’heure juste. Des séances d’information et des visites chez les entreprises font ainsi partie de la nouvelle Stratégie d’amélioration des services dans les régions éloignées.

« Si les entrepreneurs se retrouvent dans un centre d’appels basé ailleurs, il arrive qu’ils ne comprennent pas les défis particuliers d’exploiter une entreprise au Yukon. »

Colette Acheson, directrice de la Chambre de commerce de Whitehorse

Le président de la Chambre de commerce du Yukon, Peter Turner, affirme qu’il s’agit d’une excellente nouvelle, particulièrement pour ceux des régions rurales. « S’ils peuvent à tout le moins se rendre à Whitehorse et rencontrer quelqu’un en personne, ça facilitera grandement les choses. »

La ministre Diane Lebouthillier a, à ce titre, insisté en estimant que ce sont les services en région qui l’ont poussée en politique. « Quand on habite dans une région loin des grands centres, on se sent parfois et souvent oubliés. Pourtant, vivre en région ne devrait jamais vouloir dire avoir moins de services. » Elle assure en outre que ces services seront offerts dans les deux langues officielles.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *