Un plan propose une société d’État pour la promotion touristique dans le territoire nordique du Yukon

Share
L’industrie touristique est en plein essor dans le territoire du Yukon. (Tourisme Yukon)
Le Yukon (nord-ouest du Canada) veut doubler ses revenus touristiques d’ici 10 ans en éliminant, entre autres, le ministère du Tourisme au profit de la création d’une société d’État.

La société, à l’image par exemple de Destination Canada, rassemblerait le travail accompli actuellement par des organismes à but non lucratif, le secteur privé et le département de promotion touristique du ministère.

« Une société de la Couronne serait moins politique et moins fragmentée. On y verrait les initiatives concentrées dans une entité moins fragmentée, donc, avec plus d’argent à investir dans la promotion. »

Rich Thompson, coprésident du comité directeur de la stratégie de développement touristique du Yukon

Le coprésident du comité directeur de la stratégie de développement touristique du Yukon et PDG de Northern Vision Developement Corporation, Rich Thompson, explique que la stratégie propose également d’augmenter le nombre de visiteurs dans les régions intéressées par ce secteur d’activité et de développer l’expérience ne matière de tourisme auprès des Premières Nations.

Quelle place pour le marché francophone?

L’Association franco-yukonnaise (AFY) détient présentement la responsabilité de la promotion touristique pour le marché francophone, notamment en France.

Émylie Thibeault-Maloney du secteur Tourisme de l’Association franco-yukonnaise représente la délégation du Yukon au Salon international de l’industrie du Tourisme de Paris. (Association franco-yukonnaise)

L’entente de services au montant de 25 000 $ permet donc à l’organisme francophone de représenter Tourisme Yukon dans des salons touristiques en France afin d’en développer le marché à titre de marché émergent.

L’idée de la création d’une société d’État inquiète Frédéric Nolet, le directeur du Développement économique à l’Association franco-yukonnaise.

« C’est évident que, si ce n’est plus directement sous la supervision d’un ministre comme étant un ministère à ce moment-là, qu’est-ce que ça veut dire pour nous? Est-ce que les gouvernements vont pouvoir s’engager au même niveau? C’est une question, peut-être que oui, peut-être que non. »

Frédéric Nolet, directeur du Développement économique, AFY

M. Nolet ne peut affirmer avec certitude si le secteur touristique de l’AFY pourrait faire partie de la nouvelle entité. « Le tourisme demeure un secteur prioritaire et on ne voudrait pas perdre notre rôle de promotion auprès du gouvernement ou de cet organisme-là [pour] dire que le marché francophone est important », dit-il cependant.

Il explique que les statistiques actuelles notent le pays d’origine des visiteurs et non pas la langue parlée, si bien que le marché francophone pourrait, selon lui, être plus important que ne l’indiquent les données.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *