Ottawa et le Yukon financent la recherche sur l’adaptation des transports du Nord aux changements climatiques

Share
La route de l’Alaska est endommagée par la fonte du pergélisol. Le gouvernement du Canada et du Yukon réserve une somme de 2,3 millions pour étudier la possibilité d’utiliser des thermosiphons pour contrer le dégel du pergélisol sur cette route. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Les gouvernements du Canada et du territoire nordique du Yukon investiront 3,6 millions de dollars pour soutenir deux projets de recherche sur l’adaptation de l’infrastructure de transport nordique aux changements climatiques.

Le député fédéral du Yukon Larry Bagnell et le ministre de la Voirie et des Travaux publics du Yukon Richard Mostyn en ont fait conjointement l’annonce, mercredi, lors d’une conférence de presse à Whitehorse, au Yukon.

« Ces projets nous aideront à prendre des décisions éclairées sur la façon de gérer efficacement nos réseaux de transport et d’assurer un accès fiable aux collectivités nordiques, » a affirmé M. Bagnell, qui parlait au nom du ministre fédéral des Transports Marc Garneau.

« Les changements climatiques ont des effets bien réels sur les routes et l’infrastructure du Nord, » indique M. Mostyn. « Ces fonds nous aideront à nous adapter aux ravages causés par les changements climatiques. »

Contrer la fonte du pergélisol

La dégradation du pergélisol, accentuée par les changements climatiques, menace l’intégrité du sol sur lequel reposent les infrastructures de transport du Nord. L’un des projets dévoilés mercredi tentera de stabiliser le pergélisol à l’aide de thermosiphons.

Ces appareils doivent transférer l’air froid de la surface au pergélisol afin de refroidir le sol sous les remblais. L’efficacité de cette technique, qui sera mise à l’essai sur la route de l’Alaska, à Dry Creek dans l’ouest du Yukon, sera mesurée à l’aide de sondes thermiques, explique Transports Canada.

Le recours aux thermosiphons, s’il s’avère concluant, devrait permettre de réduire les coûts d’entretien des routes, de prolonger leur durée de vie et d’améliorer l’efficacité du transport, indique le ministère fédéral.

Ottawa et le Yukon réservent respectivement 1 et 1,3 million de dollars pour soutenir cette étude au cours des trois prochaines années.

Étudier les effets des changements climatiques sur les routes
Aperçu de la route reliant les communautés nordiques d’Inuvik et de Tuktoyaktuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, dans le Nord du Canada. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Le second projet, déjà en cours est guidé par un mandat plus général, soit d’étudier l’adaptation aux changements climatiques et leurs effets sur l’infrastructure de transport du Nord.

Transports Canada indique que ce projet est divisé en trois étapes :

  • Évaluer les effets des changements climatiques sur les coûts d’entretien des routes du Nord;
  • Étudier la façon dont les répercussions environnementales associées aux changements climatiques peuvent créer des conditions routières dangereuses;
  • Communiquer les résultats des recherches et élaborer du matériel de formation pour gérer les routes du Nord dans le contexte des changements climatiques.

Ces recherches doivent être effectuées sur certains tronçons de la route de Dempster, au Yukon et aux Territoires du Nord-Ouest, ainsi que sur la route reliant les communautés d’Inuvik et de Tuktoyaktuk, dans le cercle Arctique.

L’étude est menée conjointement par les gouvernements du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest, le Centre d’innovation en climat froid du Collège du Yukon et le programme de deuxième cycle en études nordiques de l’Université Carleton, située à Ottawa.

Bien que nouvellement annoncé, ce projet a été lancé durant l’année budgétaire 2017-2018 et doit se conclure en mars 2021, a précisé Julie Leroux, conseillère principale de Transports Canada, dans un courriel à Regard sur l’Arctique. Le financement avait également déjà été approuvé.

Ottawa alloue 980 850$ sur quatre ans à ce projet, tandis que le gouvernement du Yukon évalue sa participation à environ 326 950$.

« Un réseau de transport sécuritaire, sûr et efficace est essentiel au bien-être et à la viabilité des collectivités nordiques,» a déclaré le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, par voie de communiqué.

Un programme fédéral pour le transport nordique
Le député fédéral du Yukon Larry Bagnell (gauche) et le ministre de la Voirie et des Travaux publics du Yukon Richard Mostyn lors de l’annonce à Whitehorse, mercredi. (Wayne Vallevand/Radio-Canada)

Les fonds annoncés par Transports Canada proviennent de son Programme de l’initiative d’adaptation des transports dans le Nord (IATN) qui soutient des projets de recherche et de développement visant « à renforcer la capacités des habitants du Nord à adapter les réseaux de transport aux changements climatiques ».

« Nous sommes ravis de recevoir cet investissement fédéral en recherche et en innovation qui bénéficiera à la route de l’Alaska et à la route de Dempster, » a affirmé le ministre yukonnais Richard Mostyn.

En vertu du budget fédéral 2017, cette initiative bénéficie d’un montant de 6,9 millions pour la période de 2017-2018 à 2021-2022, précise Transports Canada. À ce montant s’ajoute une partie d’une somme de 4,6 millions sur deux ans prévue dans le budget 2016.

Le gouvernement du Yukon ne possède pas de programme similaire. Les fonds proviennent du budget général déjà prévu pour le ministère de la Voirie et des Travaux publics, a précisé Doris Wurfbaum du service de communications du ministère, jointe par téléphone par Regard sur l’Arctique.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *