Les défis de l’Arctique canadien : de la santé mentale aux changements climatiques

Share
Dennis Patterson, du Nunavut, est le président du Comité sénatorial spécial sur l’Arctique. (Sénat du Canada)
Les communautés du nord du Canada accueillent le Comité sénatorial spécial sur l’Arctique depuis septembre. La santé mentale, l’éducation et le développement de la fibre optique sont parmi les défis majeurs pour ces populations, d’après la sénatrice indépendante de la province du Manitoba Patricia Bovey.

Les sénateurs et les sénatrices ont déjà visité certaines communautés du Nord, dont Whitehorse (Yukon), Inuvik (Territoires du Nord-Ouest) et Yellowknife (T.N.-O.), ainsi que Baker Lake et Cambridge Bay, au Nunavut.

Ce comité est chargé, d’ici décembre, de définir des façons d’encourager le développement dans le Grand Nord canadien, sans mettre en péril son environnement et ses habitants. Les résultats serviront à élaborer la stratégie du fédéral dans l’Arctique jusqu’en 2030.

D’après Patricia Bovey, qui fait partie du comité, l’objectif des visites est ambitieux, puisqu’il s’agit de comprendre les liens entre « les multiples problèmes du Nord » dans des domaines aussi divers que la sécurité, le transport, l’alimentation ou l’économie.

« Nous avons beaucoup appris. »

Patricia Bovey

Après avoir rencontré des chefs locaux, des étudiants et d’autres particuliers, Patricia Bovey explique que la santé mentale constitue un problème important pour les communautés du Nord.

« La santé mentale et le bien-être de tous et de toutes sont des questions sérieuses qui traversent le Nord. »

Patricia Bovey

Le développement de la fibre optique, l’accès égal à l’éducation et l’amélioration des compétences professionnelles représentent également des préoccupations majeures, selon elle.

Le défi des changements climatiques

Pour l’avenir, Patricia Bovey rappelle qu’il faut également tenir compte des changements climatiques. « Je pense que le Nord est l’avenir du Canada et avec le changement climatique, le pétrole, le gaz naturel et les stations minières, la situation est très complexe », précise-t-elle.

Le Comité remettra ses recommandations dans quelques mois, indique Mme Bovey en ajoutant que certaines d’entre elles porteront sur l’écoute que le gouvernement fédéral doit accorder aux communautés autochtones de l’Arctique canadien.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *