Un premier train depuis 17 mois à Churchill, dans le Nord canadien

Share
Le premier train depuis plus d’un an et demi est passé mercredi soir à Churchill. (Radio-Canada)
Les habitants de Churchill, dans le nord du Manitoba, ont vu passer le premier train, mercredi soir, depuis les inondations qui ont endommagé la seule voie terrestre les reliant au reste de la province.

« Le train est arrivé vers 18 h 35, on était dehors avec les enfants pour la tournée d’Halloween et l’on a entendu son sifflement. On a bondi de joie », raconte Rhoda Des Meules en décrivant cette heureuse surprise.

Le maire de Churchill Mike Spence (à droite) se réjouit de la réouverture du chemin de fer qui permet à nouveau l’accès à sa municipalité. (Patrick Foucault/Radio-Canada)

Un bruit qui a fendu la nuit pour le plus grand plaisir des habitants. « On n’avait pas entendu le train depuis 17 mois, témoigne Mme Des Meules. Mon mari a couru jusqu’au train. La presse était déjà là, le maire aussi. »

D’après elle, toute la ville était prête pour l’arrivée jeudi du premier ministre, Justin Trudeau, et prépare les festivités de rue pour célébrer le retour d’un chemin de fer pleinement fonctionnel.

Parmi la troupe de curieux venu voir l’arrivée du premier train depuis un an et demi figurait Carly Basler. Elle s’imagine déjà de prochains voyages et a de l’espoir pour l’avenir : « J’espère que les prix vont baisser. »

Georgina Oman en a les larmes aux yeux. « On se sent à nouveau en vie, on va pouvoir amener nos petits enfants voir leurs autres grands-parents », confie-t-elle.

Adeelia Spence, résidente de Churchill, est venue voir le premier train à circuler de nouveau sur le chemin de fer qui mène à sa municipalité. (Patrick Foucault/Radio-Canada)

Adeelia Spence, une autre habitante de Churchill, ne parvient pas à mettre de mots sur le sentiment qu’elle ressent en face de ce premier train, qui signifie qu’elle va pouvoir recevoir la visite de sa famille qui est à Norway House, une communauté du centre du Manitoba.

« Je ne trouve pas les mots. C’est un sentiment qui nous submerge, c’est ce qu’on attendait tous. »

Adeelia Spence
Un goulot d’étranglement

Le passage de ce premier train a de quoi réjouir la communauté qui subissait une situation étouffante depuis les inondations du printemps 2017.

« La crise des prix, la dépression, les gens qui quittent la ville parce qu’ils avaient perdu espoir, ils ne pensaient pas que le train reviendrait » sont autant de conséquences observées par Maria Mattice Saunders à la suite de l’arrêt de la circulation ferroviaire.

Comme de nombreux résidents de Churchill, Maria Mattice Saunders n’a pas quitté la ville depuis un an et demi. (Gilbert Rowan/Radio-Canada)

Comme beaucoup d’autres résidents de cette communauté d’environ 800 habitants, elle n’a pas quitté la ville depuis un an et demi. Nombre d’entre eux ont vu les prix des denrées bondir ces derniers mois.

« L’autre jour, j’ai payé 60 $ pour un rôti », confie Rosie Allen, une résidente.

La fermeture du chemin de fer a également fait grimper les tarifs des importations par voie maritime dans cette ville portuaire, obligeant les commerçants à débourser davantage pour leurs produits.

« Quand le train s’est arrêté, on a dû s’adapter à un nouveau monde. »

John Hrominchuk, restaurateur à Churchill

« Je ne peux pas vendre mes hamburgers 20 $, explique John Hrominchuk, la plupart des commerçants doivent prévoir 0 % de profit. » Si ce restaurateur payait quelques cent la livre de marchandise avant les inondations, il en paie maintenant 2 $ la livre.

John Hrominchuk, restaurateur à Churchill. (Gilbert Rowan/Radio-Canada)

Il se dit toutefois optimiste avec la réouverture du chemin de fer.

Ce dont il se réjouit, c’est de l’éventuel retour de tous ceux qui ont quitté Churchill. « On a perdu 100 personnes et j’ai grandi dans cette communauté de gens avec lesquels je suis allé à l’école, avec lesquels j’ai grandi ».

D’après les informations de Patrick Foucault

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *