La demande baisse, mais les loyers augmentent à Yellowknife, dans le Nord canadien

Share
Yellowknife comptait 1667 appartements en octobre 2018 selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement. (Radio-Canada)
Le loyer continue d’augmenter à Yellowknife, capitale des Territoires du Nord-Ouest, malgré un taux d’inoccupation deux fois plus élevé que la moyenne canadienne, selon un rapport de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Dans son rapport annuel sur le marché locatif au pays, publié mercredi, l’agence fédérale souligne un taux d’inoccupation de 4,9 % cette année à Yellowknife, alors qu’il était de 3,5 % l’an dernier.

C’est plus du double que la moyenne nationale de 2,4 % qui est en baisse comparativement à l’an dernier.

Le loyer mensuel moyen à Yellowknife a pour sa part augmenté de 2 % pour atteindre 1614 $ par mois en octobre.

En octobre, le loyer d’un studio était en moyenne de 1182 $ à Yellowknife, un logement d’une chambre était loué pour 1451 $. Un logement à deux chambres coûtait 1697 $ par mois tandis qu’un appartement à trois chambres était loué pour 1993 $.

À titre comparatif, la moyenne de loyer mensuel au pays est de 987 $. À Vancouver, un logement avec deux chambres coûtait en moyenne 1649 $ par mois en octobre.

L’offre et la demande

Seulement deux nouvelles unités à logement se sont ajoutées, depuis l’an dernier, aux appartements à louer dans la capitale. La ville compte en tout 1667 appartements privés, selon le rapport.

L’étude révèle que le taux d’inoccupation serait surtout attribuable à une baisse dans la demande.

Le rapport indique que 678 personnes auraient quitté le territoire pour d’autres provinces lors de la première moitié de 2018. C’est plus que les 63 immigrants internationaux accueillis pendant la même période.

« Cette émigration vers d’autres régions du Canada a entraîné une baisse de la demande des logements locatifs », conclut le rapport.

La SCHL note toutefois que cette hausse du taux d’inoccupation ne s’est pas traduite en baisse du loyer, puisque les « propriétaires-bailleurs continuent de majorer les loyers. »

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *