Nord canadien : le village de Churchill célèbre l’arrivée du premier train de voyageurs

Share
Le premier train de passagers de VIA Rail est arrivé en gare de Churchill mardi midi, après un an et demi d’interruption du service ferroviaire. (Courtoisie de Mike Spence, maire de Churchill)
Après un an et demi, le premier train de voyageurs a fait son entrée à la gare de Churchill mardi. C’est un jour que cette petite ville du nord du Manitoba attendait avec impatience. Plusieurs activités étaient d’ailleurs prévues à cette occasion.

Après avoir parcouru près de 1700 km, le train est arrivé un peu après midi : un événement célébré en grande pompe par la communauté.

Mike Spence, le maire de Churchill, disait que plusieurs activités étaient prévues tout au long de la journée. Des membres de la communauté avaient prévu de se regrouper à la gare à l’approche du train, et le son d’une sirène a retenti pour son arrivée.

« Il y aura aussi des mascottes d’ours polaires et des feux d’artifice plus tard », avait-il expliqué.

Le maire de Churchill, Mike Spence, espère que l’économie de la région va redémarrer grâce au rétablissement du service ferroviaire. (Radio-Canada)

Le maire souligne que la communauté est enthousiaste à l’idée d’être à nouveau reliée au reste du pays. La petite ville de près de 900 habitants est en effet isolée depuis l’interruption du service ferroviaire en mai 2017, après que des inondations printanières eurent endommagé une portion de voie ferrée.

Joseph Michel Boudreau habite à Churchill depuis plus de 45 ans. Il devait lui aussi être à la gare pour participer aux célébrations.

Le retraité est d’autant plus content qu’il attend un de ses amis de longue date qui sera à bord du train. « Il a 81 ans et vient d’Oakbank », une petite communauté située à environ 15 km à l’est de Winnipeg, dans le sud du Manitoba. « Ça fait 20 ans qu’il vient à Churchill chaque hiver, mais ça faisait deux ans qu’il n’avait pas fait le voyage », explique-t-il.

Retrouver une vie normale

Outre le plaisir de revoir son ami, M. Boudreau espère que le rétablissement du service ferroviaire va permettre un retour à une vie normale dans la communauté et que les prix des denrées qui ont flambé après l’interruption du service vont baisser. « Quatre litres de lait coûtent actuellement entre 9 et 12 $, c’est terrible. Il n’y avait pas de train. Donc, tout arrive par avion et par bateau », rappelle-t-il.

C’est aussi ce qu’espère Juliette Lee, une autre habitante de Churchill. Elle dit que le retour du train va aussi lui permettre de voyager vers d’autres communautés. « Il y a des gens qui attendent depuis 18 mois pour aller magasiner à Thompson et d’autres pour aller voir leurs familles. »

« Depuis que le service a été interrompu, il y a des familles qui ont déménagé a Thompson et les grand-mères aimeraient sans doute visiter leurs petits-enfants. »

Juliette Lee, habitante de Churchill

Niki Ashton, la députée fédérale de Churchill-Keewatinook Aski, se réjouit également de l’arrivée du premier train de voyageurs. Elle rappelle aussi que, depuis un an et demi, la ville de Churchill était devenue une communauté isolée. Cette situation a causé beaucoup de stress chez les habitants, indique-t-elle.

Elle félicite les gens de Churchill qui n’ont cessé, dit-elle, de militer pour le rétablissement de la liaison ferroviaire : « C’est grâce à eux que cette journée est devenue une réalité. C’est donc une victoire pour eux. »

Le maire Mike Spence espère maintenant que l’économie de la région va redémarrer.

Share
Abdoulaye Cissoko, Radio-Canada

Abdoulaye Cissoko, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *