Dernières consultations publiques sur l’éducation dans un territoire du Nord canadien

Share
Le ministère de l’Éducation du Nunavut a tenu la semaine dernière des consultations publiques à Iqaluit, la capitale du territoire. Il recueillera les derniers commentaires des résidents de son territoire d’ici jeudi dans les communautés d’Arviat, de Hall Beach, de Kugluktuk et de Cambridge Bay. (Sara Frizzell/CBC)
Le gouvernement du Nunavut, dans le Nord canadien, tient sa dernière série de consultations publiques dans quatre communautés du territoire avant de déposer un projet de loi qui permettra de réformer le système actuel d’éducation.

Les dernières consultations ont lieu de lundi à jeudi à Arviat, Hall Beach, Kugluktuk et Cambridge Bay.

Dans l’optique de modifier la Loi sur l’éducation et la Loi sur la protection de la langue inuit, le ministère de l’Éducation aura effectué, depuis le mois de septembre, une tournée dans chacune des 25 communautés du territoire pour recueillir les commentaires des Nunavutois.

Le gouvernement territorial propose une série de changements allant de l’amélioration des résultats scolaires des élèves au renforcement de l’inuktut – le terme qui regroupe au Nunavut deux dialectes : l’inuktitut et l’inuinnaqtun – en instaurant un système d’enseignement bilingue. En 2015, le taux d’obtention d’un diplôme de fin d’études secondaires était le plus bas au pays, soit de 31 %, selon Statistique Canada.

Le ministère de l’Éducation espère par ailleurs enrayer la pénurie d’enseignants sur le territoire. À l’heure actuelle, les écoles du Nunavut comptent 140 enseignants qui offrent des cours en inuktut. Mais le gouvernement estime qu’il faudrait au moins 450 enseignants bilingues supplémentaires pour parvenir à mettre en place un système d’éducation bilingue.

Selon le porte-parole du ministère de l’Éducation, Jean-Philippe Laprise, entre 10 et 12 étudiants obtiennent chaque année un diplôme du programme bilingue d’enseignement du Collège de l’Arctique du Nunavut, basé à Iqaluit, où sont formés plusieurs futurs enseignants.

Le ministère de l’Éducation préconise aussi de donner davantage de pouvoir aux Associations scolaires de district (ASD), chargées de la gestion des écoles du territoire, tout en réduisant leur charge administrative.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement nunavutois envisage de réformer son système d’éducation. En 2016, une précédente série de consultations publiques avait mené à la création du projet de loi 37 sur l’éducation. L’Assemblée législative du Nunavut avait toutefois abandonné le projet de loi puisqu’il impliquait, entre autres, de reporter l’échéance pour instaurer un système d’éducation bilingue jusqu’en 2029.

Entrée en vigueur en 2008, la Loi sur l’éducation visait initialement à mettre en place avant 2019 un parcours scolaire bilingue entre la 4e et la 9e année.

Le ministère de l’Éducation prévoit rédiger le nouveau projet de loi d’ici les prochains mois et le déposer à l’Assemblée législative du territoire au printemps 2019.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *