Évaluations environnementales : Ottawa accorde une aide financière aux résidents du Nord canadien

Share
Le ministre canadien des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, Dominic Leblanc, estime qu’une plus grande participation des Autochtones est un moyen de favoriser le processus de réconciliation entre le Canada et les peuples autochtones. (Patrick Doyle/La Presse canadienne)
Le gouvernement canadien a lancé un programme d’aide financière pour mieux inclure les Autochtones dans les études d’évaluation environnementale dans le Nord canadien et ailleurs au pays. Les résidents qui risquent d’être touchés par des projets d’infrastructure, comme des barrages hydroélectriques et des mines, et d’exploitation des ressources, pourront en bénéficier.

Le Programme d’aide financière aux résidents du Nord, qui est entré en vigueur en décembre, découle d’un investissement fédéral de 10,3 millions de dollars sur cinq ans. « En moyenne, nous prévoyons que cinq nouveaux projets majeurs de mise en valeur des ressources naturelles et d’infrastructure régionale seront intégrés au processus d’évaluation des répercussions chaque année, et qu’un financement d’environ 300 000 $ sera disponible pour chaque projet », a précisé la porte-parole du ministère des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, Stéphanie Palma, dans un échange de courriels.

Selon le ministère, les fonds alloués serviront notamment à la collecte de connaissances traditionnelles, à la recherche, à la préparation des témoins et à l’embauche d’experts. « Ils peuvent également servir à organiser des rencontres communautaires, à assurer les déplacements pour la participation aux audiences, ou à aider à embaucher et à former le personnel nécessaire dans les collectivités », a précisé la porte-parole Stéphanie Palma.

Cette semaine, le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, Dominic Leblanc, a fait valoir l’importance d’inclure les Autochtones dans le processus d’évaluation environnementale.

« Les peuples autochtones devraient pouvoir réellement participer aux décisions concernant les grands projets d’infrastructure et d’exploitation des ressources qui peuvent avoir des répercussions sur leurs communautés et leur mode de vie. »

Dominic Leblanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur
« Favoriser la réconciliation »

Un comité indépendant, formé de représentants de groupes autochtones et de gouvernements fédéral et territoriaux, sera chargé d’examiner les demandes de financement relatives au Programme d’aide financière aux résidents du Nord.

« Améliorer l’efficacité de la participation des Autochtones est un moyen de favoriser la réconciliation entre le Canada et les peuples autochtones, ainsi que de restaurer la confiance du public envers le système d’évaluation d’impact du Canada, de stimuler le développement économique et la croissance et de protéger l’environnement pour les générations futures », a indiqué le ministre Dominic Leblanc, dans un communiqué de presse publié mercredi.

Au mois de février, le gouvernement fédéral a déposé le projet de loi C-69, qui est toujours à l’étude au Sénat, pour réviser la manière dont sont validés les projets énergétiques et permettre aux Autochtones, entre autres, d’être impliqués dans les processus d’évaluation environnementale.

Le nouveau système propose notamment de remplacer les trois autorités responsables des évaluations environnementales, à savoir l’Office national de l’énergie (ONE), la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) et l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE), par un seul organisme fédéral, l’Agence canadienne d’évaluation des impacts.

Selon le ministère des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, la conception du Programme d’aide financière aux résidents du Nord sera achevée au début de 2019, après consultation des groupes autochtones, des gouvernements territoriaux et des commissions d’examen.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *