Nord-ouest canadien : le « peinturlurage », nouvelle passion de l’artiste Josée Fortin

Share
Josée Fortin passe de nombreuses soirées à se peindre le haut du corps et publie ensuite ses oeuvres sur les médias sociaux. (Josée Fortin)
Josée Fortin n’en est pas à son premier amour artistique. La peinture corporelle est l’énième média de cette artiste multidisciplinaire déjà bien connue au Yukon (nord-ouest canadien) pour ses toiles, ses statuettes, ses poèmes et sa jonglerie avec du feu.

Au-delà de sa passion pour d’autres formes d’art, la peinture corporelle, aussi appelée bodypainting, occupe de plus en plus de place dans son travail depuis deux ans.

Josée Fortin préfère parler de « peinturlurage ».

« Ça m’habite. Si je suis fatiguée pendant trois ou quatre jours et que je n’en fais pas, je me sens comme coupable, comme bizarre », a-t-elle confié.

« Quand j’étais jeune, j’avais les cheveux de couleur, j’étais punk, je [me maquillais] avec des [motifs] tribaux, du rouge à lèvres bleu, vert. C’était très expressif, [mais] c’était pas correct, ce que je faisais, […] c’était trop marginal. Mais c’était en moi de faire des lignes, des twists [spirales], c’était là. »

Josée Fortin, artiste-peintre
Le bodypainting, pas seulement pour les enfants

Josée Fortin a maquillé le visage d’innombrables enfants avec lesquels elle a travaillé comme éducatrice ou encore dans des activités communautaires, mais elle prend particulièrement du plaisir à peindre des adultes.

Josée Fortin s’est inspirée d’autres artistes en peinture corporelle pour faire fondre son modèle dans une photo d’aurores boréales lors de l’événement artistique francophone Onde de choc. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
« J’ai fait un père en licorne, il voulait convaincre son petit. Quand il s’est vu, ses yeux sont venus en eau, de plaisir, c’est comme si ça rallumait l’enfant chez l’adulte de se voir peinturé. C’est un frisson de bonheur de voir ce regard-là, c’est fabuleux comme feeling de les voir et de dire:  » C’est grâce à moi! « »

Josée Fortin, artiste-peintre

Comme pour les autres formes d’art, l’inspiration ne lui manque jamais. « Les idées se font [toutes seules], je suis en pleine ébullition d’exploration. »

De fait, les divers styles de maquillage lui permettent de se faire la main avec le matériel et les différents types de peau ou formes de visage.

« C’est beaucoup de l’essai-erreur et, comme je suis multidisciplinaire, mais autodidacte, je n’ai jamais suivi de cours en maquillage ou en rien, c’est toujours de l’exploration et j’utilise beaucoup ce que j’ai fait avant, comme mes peintures qui sont très colorées. »

D’autres artistes arborent ses couleurs
L’auteur-compositrice-interprète yukonnaise Sophie Villeneuve, se fait maquiller en hibou pour ses prestations. Son premier album s’intitule Le chant du hibou. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Josée Fortin apprécie tout particulièrement les occasions de peindre d’autres artistes de façon à marier plusieurs formes d’art.

L’auteur-compositrice-interprète Sophie Villeneuve a d’ailleurs sollicité l’artiste-peintre pour revêtir un plumage de hibou lors de ses prestations musicales afin de rappeler le titre de son album, Le chant du hibou.

La chanteuse affirme apprécier l’ajout d’arts visuels sur la scène, un talent qu’elle ne possède pas, dit-elle. « Ça ajoute une touche de surréalisme et de magie à mon spectacle. Les enfants sont souvent fascinés. »

« Si je regarde ma carrière artistique, il y a de bonnes chances [qu’une autre forme d’art vienne remplacer la peinture corporelle]. Pour l’instant, je pense que ça va durer longtemps, c’est comme des tattoos. Peut-être que je vais devenir tatoueuse, c’est peut-être ça, le prochain défi, ça se pourrait, on ne sait pas. »

Josée Fortin, artiste-peintre

Aux adolescents qui viennent lui parler de son art, elle dit : « Si on te dit que tu fais quelque chose d’artistique ou autre qui n’est pas correct, n’écoute pas les gens, fais-le! »

Josée Fortin a profité de l’événement artistique Onde de choc pour présenter son art en public. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *