Un pas de plus vers une grande centrale hydroélectrique aux Territoires du Nord-Ouest, dans le Nord canadien

Share
Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest mise beaucoup sur le projet de la rivière Taltson. (N.W.T. Power Corporation)
La construction de la plus importante centrale énergétique du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest se rapproche tranquillement d’une concrétisation. Ottawa et les T.N.-O. versent 1,2 million de dollars dans le projet d’agrandissement du réseau hydroélectrique de la rivière Taltson.

Le coût total pour les trois phases de la construction de la centrale hydroélectrique doit dépasser 1 milliard de dollars.

L’investissement annoncé par le ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, Dominic LeBlanc, servira à soutenir la réalisation de certaines études techniques et de faisabilité en plus d’appuyer la participation des Autochtones dans le projet.

L’annonce de mercredi vient surtout confirmer l’intérêt d’Ottawa pour ce chantier important.

Le ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, Dominic LeBlanc. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

En conférence de presse, le ministre n’a pas fermé la porte à un autre financement possible d’ici les élections fédérales, à l’automne.

« Cet argent sera dépensé et ce travail sera fait dans les prochains mois, mais lorsque nous serons au printemps, nous devrons continuer cet exercice [de financer la centrale], dit le ministre. J’espère que nous pourrons continuer de travailler ensemble à l’avenir. »

Même s’il répète qu’il y a beaucoup de travail et d’études à faire avant de verser une somme plus importante pour la construction, Dominic LeBlanc est persuadé que le fédéral sera en mesure de financer la grande partie des travaux.

« Il y a des outils en termes de financement que notre gouvernement a mis sur pied, qui n’existaient pas il y a trois ou quatre ans, dit le ministre. Que ce soit les programmes d’infrastructures vertes, d’infrastructures pour encourager la diminution de la dépendance au diesel ou la banque d’infrastructures, qui est un outil de financement. »

« Je suis assez confiant que, si nous sommes capables de faire le travail qui s’impose dans les quelques prochaines années [nous pourrons répondre à] la question de comment financer le gros projet avec des outils qui n’existaient pas auparavant. »

Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur
Le ministre de l’Infrastructure des T.N.-O., Wally Schumann, le premier ministre, Bob McLeod, le ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, Dominic LeBlanc, et le député des T.N.-O, Michael McLeod, étaient présents au moment de l’annonce mercredi. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Qu’est-ce que la centrale Taltson?

La construction de la centrale fait l’objet de discussions dans les Territoires du Nord-Ouest depuis des dizaines d’années, mais elle est revenue dans l’actualité lorsque le gouvernement actuel en a fait la pierre angulaire de sa Stratégie énergétique 2030 qui vise à contrer les changements climatiques.

Actuellement, la centrale de la rivière Taltson, située à 64 km au nord de Fort Smith, génère 18 mégawatts d’hydroélectricité et alimente la plupart des communautés de la région du Slave Sud.

Le gouvernement veut agrandir la centrale afin qu’elle génère 60 mégawatts d’hydroélectricité supplémentaire avant de la relier par câbles souterrains au réseau du Slave Nord qui alimente Yellowknife.

Selon les estimations du gouvernement, le système de la rivière Taltson pourrait, après l’expansion des 60 mégawatts, soutenir jusqu’à 140 mégawatts de production hydroélectrique supplémentaire. (Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest)

Cet agrandissement devrait, selon le gouvernement, permettre d’éliminer 240 000 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par année.

Une deuxième phase viendrait aussi relier le système vers les mines du nord-est des Territoires du Nord-Ouest.

Le réseau hydroélectrique du Slave Sud serait ensuite relié au réseau électrique nord-américain, en passant par l’Alberta et la Saskatchewan.

Les trois phases de ce chantier de grande envergure mettront des années à voir le jour, mais également à financer.

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *