Canada Goose met en valeur le design inuit

Share
Trois des parkas conçus par des couturières inuites pour Canada Goose. (Canada Goose)
Le fabricant Canada Goose a dévoilé une nouvelle collection de parkas conçus par des couturières inuites, un projet dont les revenus doivent être versés aux communautés.

Les couturières viennent de neuf communautés du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest, du Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador. Canada Goose a demandé à chacune d’entre elles de créer un motif unique dans le cadre d’une nouvelle collection appelée « Project Atigi » – un mot en inuktitut qui signifie parka.

« Je suis très honorée de participer à cette initiative, en particulier parce que c’est une collection qui sera vendue et exposée dans différentes parties du monde », a affirmé Kristy King, une couturière d’Arviat, au Nunavut.

Les 14 parkas et amautiit – des parkas conçus pour porter un bébé près du corps – ont été révélés lors d’un lancement à New York jeudi dernier.

Les parkas sont uniques et fabriqués à partir de plumes de bernaches du Canada. Les droits sur le design de chaque parka et de chaque amauti appartiennent à la couturière. Canada Goose ne peut les reproduire.

« C’est quelque chose [les droits] qui m’a vraiment aidée dans ma décision », indique Mme King.

Les profits aux communautés

Les parkas originaux coûteront entre 5000 $ et 7500 $.

L’argent de ces ventes ira à l’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), un organisme national qui défend les droits et les intérêts d’environ 60 000 Inuits au Canada. Un porte-parole d’ITK a déclaré que l’argent irait aux communautés inuites, mais que l’organisme n’a pas encore décidé de quelle manière.

Chaque couturière a reçu une commission. Kristy King explique que le parka qu’elle a créé intègre à la fois des motifs modernes et traditionnels.

« Nous sommes profondément inspirés par les gens, les communautés et les paysages. Et nous avons la responsabilité constante de faire plus pour les aider à prospérer », a déclaré Gavin Thompson, directeur chez Canada Goose.

Les couturières seront peut-être appelées à créer d’autres parkas, ajoute-t-il, mais rien n’est prévu à cet effet pour le moment.

« J’espère qu’il y en aura d’autres à venir », dit-il.

Avec les informations de CBC

Share
Espaces autochtones, Radio-Canada

Espaces autochtones, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur les Autochtones au Canada, visitez le site d’Espaces autochtones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *