Un deuxième cratère enfoui sous les glaces du Groenland

Share
NE PAS REPRENDRE CETTE IMAGE
Les chercheurs ont découvert un deuxième cratère sous-glaciaire dans le nord-ouest du Groenland en se basant sur des relevés topographiques, de l’imagerie par satellite et des prélèvements de carottes de la calotte glaciaire. Cette image montre une reconstitution du cratère et son emplacement. (Jefferson Beck/Goddard Space Flight Center/NASA)
Un groupe de chercheurs américains a découvert au Groenland ce qui pourrait être un deuxième cratère causé par la chute d’une météorite il y a plusieurs dizaines de milliers d’années. Le cratère serait enseveli sous environ deux kilomètres de couches de glace dans le nord-ouest groenlandais.

« Nous avons étudié la Terre de différentes manières, depuis la terre, l’air et l’espace, [et] il est passionnant de constater que ce type de découverte est encore possible », a mentionné le glaciologue du Goddard Space Flight Centre de la NASA, Joe MacGregor, qui a participé à l’étude.

Cette découverte, annoncée par la NASA dans un communiqué de presse, survient environ trois mois après celle d’un cratère d’une trentaine de kilomètres de largeur enfoui sous le glacier Hiawatha, lui aussi dans le nord-ouest du Groenland. Les nouvelles données ont été compilées dans une étude publiée lundi dans la revue Geophysical Research Letters.

La largeur totale de ce nouveau cratère serait de 36,5 kilomètres; il se classerait donc 22e en importance dans le monde.

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques se sont basés sur des relevés topographiques, de l’imagerie par satellite et des prélèvements de carottes de la calotte glaciaire. Plusieurs images radar proviennent de l’opération IceBridge de la NASA, qui étudie les surfaces de glace polaire de la planète.

Jumeaux ou simples voisins?

Malgré la proximité géographique des deux cratères, qui sont situés à près de 184 kilomètres l’un de l’autre, les chercheurs ont exclu l’hypothèse selon laquelle ils auraient été formés durant la même période. Selon leurs estimations, le deuxième cratère aurait au minimum 80 000 ans tandis que le premier remonterait plutôt à l’époque du Pléistocène.

Dans leur étude, les chercheurs n’écartent pas formellement la possibilité que les deux cratères aient été créés par l’impact d’un astéroïde séparé en deux.

« Dans l’ensemble, les preuves que nous avons rassemblées indiquent que cette nouvelle structure est très probablement un cratère d’impact, mais jusqu’à présent, il semble peu probable qu’il soit jumeau avec celui [du glacier] Hiawatha », a expliqué le glaciologue Joe MacGregor.

D’autres cratères dont la distance qui les sépare est relativement faible ont déjà été découverts par le passé. À titre d’exemples, les chercheurs citent l’astroblème de Blotysh et le cratère Obolon en Ukraine, ou encore le cas du lac Wiyâshâkimî, dans le nord du Québec, dont la forme singulière s’explique par un impact météorique. Dans ces derniers cas, l’étude rappelle toutefois que l’âge des cratères divergeait malgré leur proximité géographique.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *