Des photographes pigistes espèrent davantage de travail dans un territoire du Nord canadien

Share
Une photo d’aurores boréales prise par la photographe de Yellowknife, Angela Gzowski. (Angela Gzowski)
Des photographes des Territoires du Nord-Ouest ont bon espoir que l’agence de tourisme du territoire fera davantage affaire avec les pigistes locaux cette année.

Selon certains d’entre eux, il est commun depuis quelques années que des agences de promotion touristique offrent leur contrat à des entreprises ou à des pigistes venant du sud.

L’Association des médias professionnels du territoire a demandé en automne à l’agence de communication employée par NWT Tourism, Outcrop Communications, d’offrir une réelle chance aux photographes du Nord dans leurs contrats de création.

La rencontre s’est avérée productive, selon le président de l’association, Pat Kane : « Ils ont admis qu’ils n’avaient pas toujours fait ce qu’il faut pour atteindre les photographes du Nord. Nous avons simplement mis de l’avant le fait que nous avons ici des personnes talentueuses. »

Cathie Bolstad, la directrice générale de NWT Tourism, a confirmé la rencontre. Elle affirme que même si son organisme reste loin des opérations régulières du contractant Outcrop Communications, les deux organismes s’engagent à s’assurer que les artistes du Nord soient considérés pour leur prochain grand contrat de vidéo ou de photo.

Cathie Bolstad est la directrice générale de Tourisme TNO. (Courtoisie)

Outcrop Communications, qui opère dans les trois territoires, a aussi affirmé que l’entreprise voulait s’assurer que son travail dans le Nord était fait par le Nord.

NWT Tourism est un organisme à but non lucratif auquel le gouvernement territorial confie la promotion du territoire. Bien que l’agence reçoive une bonne partie de son financement des gouvernements territorial et fédéral, elle n’est pas tenue de rendre publics les détails de ses demandes de propositions.

Une expérience locale importante

Selon la photographe de Yellowknife, Angela Gzowski, les photographes locaux ont déjà l’expertise et les connaissances des lieux pour faire le travail : « Si vous faites venir quelqu’un des États-Unis, ils ne sont pas habitués à voir leurs batteries mourir à -30°C. »

Selon elle, la population du territoire est peut-être petite, mais ce n’est pas le talent qui manque.

Des préoccupations semblables au Yukon
Les montagnes du Yukon sur la route de l’Alaska. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Les Territoires du Nord-Ouest ne seraient pas le seul territoire à ne pas prendre avantage des talents locaux croit Neil MacDonald, le propriétaire de l’entreprise de production cinématographique yukonnaise Outpost 31.

Il estime que les créateurs indépendants du Yukon (nord-ouest du Canada) ont également du mal à être considérés pour les opportunités de marketing touristique.

« Nous trouvons qu’au Yukon, du côté du film et de la vidéo, beaucoup de contrats finissent par être offerts à l’extérieur, dit-il. Je ne sais pas exactement quelles en sont les raisons. »

Selon lui, le cinéma au Yukon est une industrie en plein essor, mais dont le potentiel ne sera jamais pleinement atteint s’il n’y a pas plus d’occasions qui se pointent.

D’après les informations de Katie Toth de CBC North.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *