Le territoire du Yukon est seul à payer la facture pour entretenir la route de l’Alaska

Share
Les dommages dus à la fonte du pergélisol sur la route de l’Alaska peuvent être un cauchemar pour les camionneurs. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Le gouvernement du Yukon (nord-ouest du Canada) continue de faire face au refus américain de financer une partie de l’entretien de la route de l’Alaska, endommagée par la fonte du pergélisol.

Le message du ministre yukonnais de la Voirie et des Travaux publics, Richard Mostyn, est clair : « Le territoire n’a pas les moyens de payer seul pour l’entretien du lien vital entre l’Alaska et le Yukon. »

Le gouvernement américain a stoppé son financement il y a six ans, mettant fin à une entente de 40 ans entre les deux pays.

La contribution des États-Unis au projet Shakwak qui désigne l’entretien du tronçon de route reliant Haines, en Alaska, et Beaver Creek, au Yukon, s’élève à plus de 400 millions de dollars. « Des millions de dollars que nous n’avons pas, rappelle le ministre Richard Mostyn. Cette route est d’une importance vitale pour toutes les marchandises acheminées par camion en Alaska. »

« Il n’y a pas deux manières de le faire, c’est un canal très important pour le continent; le seul accès routier en Alaska, à Anchorage, à Fairbanks. »

Richard Mostyn, ministre de la Voirie et des Travaux publics du Yukon
La route de l’Alaska est endommagée par la fonte du pergélisol. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Sans la contribution américaine, le ministre affirme que le territoire ne pourra pas garantir une route en bon état. « Je doute que le Yukon parvienne à la maintenir à un niveau auquel les Alaskiens se sont habitués », dit-il.

La fonte du pergélisol dégrade rapidement la route de l’Alaska, notamment son tronçon à la frontière au nord, ce qui augmente les frais de travaux de réfection.

Nouvelles discussions

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver, s’est rendu à Juneau, en Alaska, mardi, pour rencontrer le gouverneur américain Mike Dunleavy et la sénatrice alaskienne Lisa Murkowski, et discuter de nouveau de la question. « Le gouvernement américain n’a toujours pas prévu de financement pour le projet Shakwak. Cela devrait être une source d’inquiétude pour les Yukonnais et les Alaskiens », souligne le premier ministre yukonnais. « C’est notre travail de le rappeler à l’Alaska. »

Les États-Unis ont rejeté la dernière proposition canadienne, demandant une participation financière de 25 millions de dollars.

« Nous n’avons aucun soutien de l’Alaska ou de Washington. »

Richard Mostyn, ministre de la Voirie et des Travaux publics du Yukon

Le ministre de la Voirie et des Travaux publics du Yukon, Richard Mostyn, espère encore les faire changer d’avis, lors d’une rencontre prévue prochainement avec ses homologues alaskiens.

Avec les informations de CBC

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *