Nord-ouest du Canada : un pas vers une réforme de la protection des enfants autochtones au Yukon

Share
clyde-river-le-village-inuit-qui-a-dit-non-au-petrole-7
Environ un enfant sur deux placé en famille d’accueil est Autochtone. Pourtant, les enfants autochtones représentent 7,7 % des enfants canadiens de 14 ans et moins, selon le Recensement de 2016. (Marie-Laure Josselin/Radio-Canada)
Les gouvernements du Canada et du territoire nordique du Yukon ont signé une entente de collaboration avec des représentants de Premières Nations au sujet des services à l’enfance et à la famille. L’accord, signé lundi, vise à donner plus de pouvoirs aux Premières Nations et à réduire à long terme le nombre d’enfants autochtones placés dans des familles d’accueil.

« Il est impératif que les Premières Nations du Yukon soient des partenaires égaux dans les décisions qui concernent nos enfants », a fait savoir le grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, Peter Johnston, par voie de communiqué.

Les gouvernements fédéral et territorial ainsi que le Conseil des Premières Nations du Yukon devront préparer un plan de travail qui regroupera les réformes qu’ils comptent adopter. Les Premières Nations de Kwanlin Dun et de Carcross/Tagish prendront aussi part aux discussions.

« Nous voulons donner aux enfants et aux familles les ressources et le soutien dont ils ont besoin pour vivre en sécurité et en santé au sein de leur collectivité natale », a mentionné la chef de la Première Nation Kwanlin Dun, Doris Bill.

Des groupes de travail techniques, des tables tripartites et des comités consultatifs régionaux sont déjà en place dans les provinces canadiennes et au Yukon. Ils regroupent des représentants des Premières Nations ainsi que des membres des gouvernements fédéral et territorial.

Plus de pouvoirs aux Autochtones

Dans son budget de 2019 annoncé mardi, le gouvernement fédéral s’est engagé à réduire les écarts entre les services offerts aux enfants des Premières Nations et ceux destinés aux enfants non autochtones au pays. Une enveloppe de 1,2 milliard de dollars sur trois ans ira à différents services sociaux et de santé. Le budget prévoit aussi 220 millions de dollars sur cinq ans pour offrir des services de santé et d’enseignement aux enfants inuits.

Le 28 février, le ministère fédéral des Services aux Autochtones a déposé au Parlement le projet de loi C-92 qui vise à concéder davantage de pouvoirs aux Autochtones dans la gestion de la protection de la jeunesse et ainsi réduire la proportion d’enfants autochtones placés dans des familles d’accueil. Baptisé Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, le projet de loi s’inscrit dans le processus national de réconciliation avec les populations autochtones.

Environ un enfant sur deux placé en famille d’accueil est Autochtone. Pourtant, les enfants autochtones représentent 7,7 % des enfants canadiens de 14 ans et moins, selon le recensement de 2016.

À l’heure actuelle, le placement des enfants dans des familles d’accueil relève des provinces et des territoires, mais la séparation des enfants autochtones de leur famille et de leur communauté est une pratique qui a souvent été critiquée.

En janvier 2018, le gouvernement fédéral s’est engagé à prendre plusieurs mesures pour endiguer le problème de la surreprésentation des enfants autochtones placés en famille d’accueil, dont l’accélération des travaux des tables tripartites qui sont déjà en place un peu partout au pays et l’orientation des programmes vers la prévention.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *