Produire de l’eau potable à partir de l’air, le projet d’une communauté autochtone du Nord canadien

Share
Les bureaux de la Première Nation Liard sont situés à Upper Liard et à Watson Lake, au Yukon. (Philippe Morin/Radio-Canada)
La Première Nation Liard, au Yukon, dans le nord-ouest du Canada, teste une nouvelle technologie permettant de fabriquer de l’eau potable à partir d’air, d’électricité et de rayons UV. Elle espère ainsi pouvoir réduire sa consommation d’eau à faire bouillir avant de la consommer et d’eau embouteillée.

La machine, installée près du lac Watson, fonctionne comme un déshumidificateur électrique, en récupérant les molécules de vapeur d’eau dans l’air. Elle les purifie ensuite en utilisant les rayons UV.

Si elle fonctionne de façon optimale, cette « génératrice d’eau atmosphérique » peut ainsi produire 30 litres d’eau potable par jour: assez pour combler les besoins d’une famille ordinaire.

Cette technologie a été commercialisée récemment. True North Aid, un organisme à but non lucratif qui soutient les communautés autochtones au Canada, a acheté deux de ces génératrices pour la Première Nation de Liard, au Yukon.

Le chef George Morgan estime qu’il s’agit d’une « solution intéressante », pour se procurer plus facilement cette denrée vitale qui n’est pas toujours facile à obtenir dans la communauté.

« En ce moment, un camion livre l’eau dans 150 maisons et ça coûte très cher. Nous avons quelques puits, mais nous avons des problèmes avec l’eau de ces puits », explique-t-il.

Le test ne s’est pas fait sans anicroche. La communauté attend présentement que la compagnie remplace une des deux machines, qui est défectueuse.

« Nous souhaitons voir comment ça va se dérouler, mais à court terme, nous voyons cela comme une solution pour avoir de l’eau dans nos espaces publics », dit George Morgan.

Le test ne s’est pas fait sans anicroche. La communauté attend présentement que la compagnie remplace une des deux machines, qui est défectueuse.

« Nous souhaitons voir comment ça va se dérouler, mais à court terme, nous voyons cela comme une solution pour avoir de l’eau dans nos espaces publics », dit George Morgan.

Vers une technologie à l’énergie solaire

Eric Little, directeur des finances de la compagnie SEI logistics, a aidé à installer les machines et à les faire fonctionner dans la communauté de Liard. Il croit que les génératrices d’eau atmosphérique peuvent être très utiles, particulièrement dans les communautés isolées et les réserves qui n’ont toujours pas d’eau potable.

Pour l’instant, les machines coûtent 1300 $ pièce. Elles sont construites en Chine, par une compagnie appelée ShenzhenFND Air and Water Technology Development. Leur consommation énergétique est à peu près équivalente à celle d’un réfrigérateur.

Dans des communautés où l’électricité coûte cher, ce dernier point est un inconvénient important. Toutefois, Eric Little croit qu’il sera possible, à terme, de faire fonctionner les machines grâce à l’énergie solaire.

SEI logistics, une compagnie d’énergies renouvelables de Calgary, travaille d’ailleurs sur un projet d’énergie solaire avec la Première Nation de Liard.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *