Chronique – Il fait chaud dans le Nord canadien et au Groenland

Share
Des températures nettement au-dessus de la normale ont été enregistrées récemment dans l’est de l’Arctique canadien et au Groenland. (Mario Tama/Getty Images)
Si vous avez l’impression qu’il a fait chaud dans l’Arctique cette semaine, vous avez raison.

Des températures dépassant les normales ont été enregistrées à plusieurs endroits dans le Nord canadien au cours des derniers jours.

Entre autres, la ville d’Iqaluit, située au Nunavut, dans l’est de l’Arctique canadien, a battu ses records de chaleur pour un 8 mai et un 9 mai avec une température maximale de 6,8 °C mercredi et de 5,9 °C jeudi.

Selon les données fournies par le Climate Reanalyzer, un outil cartographique de l’Institut des changements climatiques de l’Université du Maine, les températures moyennes à Iqaluit étaient similaires à celles enregistrées dans le sud et l’Ouest du Canada, et parfois supérieures à celles relevées dans le Midwest américain, qui connaissait un froid inhabituel pour cette période de l’année (voir la première carte). Les températures au Nunavut dépassaient généralement la moyenne de plusieurs degrés, selon la deuxième carte, qui illustre l’écart des températures par rapport à la moyenne de la période de 1979 à 2000.

Carte illustrant la température moyenne pour la journée du 10 mai 2019. Les températures en vert, jaune et rouge dépassent 0°C. (Climate Reanalyzer/Institut des changements climatiques/Université du Maine)
Carte illustrant la variation entre les températures enregistrées le 10 mai 2019 et les températures normales pour la période 1979-2000. Les températures au-dessus de la moyenne figurent en rouge, celles sous la moyenne en bleu. (Climate Reanalyzer/Institut des changements climatiques/Université du Maine)
Déjà la fonte des glaces au Groenland

En observant de plus près la première des deux cartes ci-dessus, on remarque que le mercure dépassait aussi nettement le point de congélation sur la côte ouest du Groenland, à l’embouchure du détroit de Davis.

En fait, le Groenland connaît un printemps particulièrement chaud. Déjà, le mois dernier, la météo clémente faisait craindre le début précoce de la saison de la fonte des glaces.

Santiago de la Peña, chercheur pour l’Université d’État de l’Ohio, a capté ces images de rivières sur le glacier Russell.

Brooke Medley, membre de l’équipe Operation Icebridge de la NASA, qui cartographie les glaces de l’Arctique, remarquait lundi que de nombreux étangs et des rivières faisaient déjà leur apparition sur les glaciers de la région.

« Voici à quoi cela ressemble lorsque la fonte des glaces commence presque un mois plus tôt », commente-t-elle.

Un constat appuyé par les données du National Snow and Ice Data Center (NSIDC) aux États-Unis, qui démontre que le niveau des fontes des glaces au Groenland détient un mois d’avance par rapport au niveau moyen de la période 1981-2010.

La météo dans l’Arctique est décidément un sujet chaud.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *