Des soldats ukrainiens s’occupent de leur équipement sur un char d’assaut à Donetsk.

Des soldats ukrainiens s’occupent de leur équipement sur un char d’assaut à Donetsk. La situation se dégrade en Ukraine malgré le cessez-le-feu qui est entré en vigueur dimanche.
Photo Credit: Stringer . / Reuters

Conflit russe en Ukraine : Le Canada décrète de nouvelles sanctions contre Moscou

Share

Stephen Harper affirme que son gouvernement suit de près les événements et la situation autour de l’accord de cessez-le-feu.

Stephen Harper parle de ses intentions pour la prochaine session devant une salle de partisans.
Stephen Harper

Le premier ministre canadien a annoncé une nouvelle série de sanctions mardi en réponse à ce qu’il appelle les « actes d’agression dégénérés » perpétrés par les combattants soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine.

Le bureau de Stephen Harper a émis des interdictions de voyager contre 37 individus russes et ukrainiens et des sanctions économiques contre 17 entités russes et ukrainiennes.

Le gouvernement canadien a fait à ce jour une douzaine d’annonces semblables depuis que l’armée russe a commencé à intervenir au sein du territoire ukrainien en février 2014.

Stephen Harper s’en est pris hier particulièrement aux « attaques aveugles dans et autour de la ville ukrainienne de Mariupol, le 24 janvier, » comme motif important dans sa décision de renforcer les sanctions contre la Russie.

Des chars d’assaut près de Debaltseve, en Ukraine.
Des chars d’assaut d’origine russe près de Debaltseve, en Ukraine. © Gleb Garanich / Reuters

Dans un communiqué, il persiste et signe

« La position du Canada demeure claire: nous reconnaissons la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine et ne reconnaîtrons jamais l’occupation russe illégale d’une partie du pays, » a déclaré M. Harper dans un communiqué.

« En coordination avec nos partenaires européens et américains, le Canada décide une fois de plus d’intensifier sa réponse à la situation en annonçant de nouvelles sanctions contre les individus et les entités russes et ukrainiennes, » a-t-il dit.

Harper a déclaré en outre que son gouvernement suit de près particulièrement la mise en œuvre de nouvel accord de cessez-le-feu adopté il y a quelques jours par les dirigeants russes et ukrainiens à Minsk le 12 février. Il précise qu’il est prêt à prendre de nouvelles mesures contre Moscou et les rebelles russes s’ils ne parviennent pas à respecter ce pacte de non-agression.

Le conflit a déjà tué plus de 5600 personnes et déplacé plus d’un million, selon une déclaration lundi de l’Organisation des Nations Unies.

Aide-mémoire…

  • L’accord de cessez-le-feu soutiré après des démarches politiques ardues, de la part de la France et de l’Allemagne, et de longues heures de négociation entre l’Ukraine et la Russie devrait être mis en application en fin de semaine dans la nuit de samedi à dimanche.
  • Mais les combats n’ont pas fait relâche et ils ont été particulièrement forts au cours des dernières semaines dans et autour de Debaltseve, une ville ukrainienne stratégique maintenant entourée par les forces rebelles.
    Les dirigeants français, allemand, ukrainien et russe s'apprêtant à reprendre leurs pourparlers la semaine dernière autour de la signature d'un accord de nouveau cessez-le-feu.
    Les dirigeants français, allemand, ukrainien et russe s’apprêtant à reprendre leurs pourparlers la semaine dernière autour de la signature d’un accord de nouveau cessez-le-feu. © Handout . / Reuters

Tout se joue à Debaltseve

Le noeud des tensions en Ukraine en ce moment se trouve à Debaltseve, une ville ferroviaire où les rebelles profuses contrôleraient la quasi-totalité du territoire.

Le sort de Debaltseve préoccupe les quinze membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Ce dernier a appelé, mardi, tous les belligérants à cesser les combats immédiatement et à se conformer aux engagements pris à Minsk.

Devant cette offensive des rebelles, Kiev demande à l’Occident d’infliger une réponse « sévère » à Moscou. Par voie de communiqué, le président ukrainien Petro Porochenko a parlé d’une « attaque cynique contre les accords de Minsk ».

Pour M. Porochenko, il importe que le Conseil de sécurité de l’ONU ne permette pas l’éclatement d’un conflit « de grande envergure ».

Des militaires ukrainiens près de la ville de Debaltseve, le 24 décembre 2014
Des militaires ukrainiens près de la ville de Debaltseve, le 24 décembre 2014 © Valentyn Ogirenko/Reuters

Pour en savoir plus

Ukraine conflict: Canada issues new sanctions – CBC News

Le cessez-le-feu en Ukraine est plus que jamais menacé – Radio-Canada

Le nouveau cessez-le-feu entre l’Ukraine et la Russie tiendra-t-il le coup ? – Radio-Canada International 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*