pilules

Photo Credit: iStock

Les pilules du « dopage » scolaire?

Share

Plusieurs étudiants consomment des pilules dites intelligentes (« smart drugs ») afin de mieux performer dans leurs études et particulièrement lors des examens.

Cette pratique, de plus en plus adoptée, constitue-t-elle une forme de tricherie ou de dopage scolaire? Est-ce qu’elle rend ses utilisateurs plus « intelligents »?

Des étudiants qui désirent augmenter leur niveau de concentration et optimiser leur performance scolaire prennent ces « smart drugs » ou nootropes (amplificateurs cognitifs)

Ces derniers sont initialement destinés à soigner des personnes atteintes de déficit de l’attention, de troubles dépressifs ou d’alzheimer

De 5 % à 35 % des étudiants en médecine au Canada consomment des « smart drugs », selon une estimation du Journal de l’association médicale canadienne.

Parmi ces pilules dites intelligentes, on trouve le célèbre Ritalin, le Modafinil et le Provigil.

Des observateurs de ce phénomène grandissant l’expliquent principalement par :

– une orientation carriériste plus accentuée des jeunes étudiants comparativement aux générations précédentes jumelée à une culture de performance, symptôme de la société moderne;

– les jeunes diplômés, souvent lourdement endettés, doivent faire face à un marché de travail hypercompétitif. Ces pilules sont parmi les « outils » qui les aident à décrocher un diplôme réputé et avec de bonnes moyennes;

– une quantité grandissante d’informations et de connaissances à engranger, notamment pour les disciplines scientifiques et techniques;

– la facilité de se procurer sur le web ces médicaments qui se vendent dans les pharmacies traditionnelles, normalement sur ordonnance.

class
© iStock

L’attention semble de nos jours une denrée rare. Sollicités par plusieurs stimuli surtout de nature électronique, les jeunes étudiants sont de moins en moins en mesure de se concentrer longtemps sur des sujets d’étude scolaires.

Mettre le cerveau d’Einstein dans la tête de Homer Simpson

Ces pilules « intelligentes » rendent-elles leurs consommateurs plus intelligents? Les pilules dites intelligentes aident-elles les étudiants à obtenir de meilleures notes et à réussir haut la main leurs examens?

Ces amplificateurs cognitifs « mettent le cerveau dans des conditions chimiques optimales », a déclaré Amy Arnsten, professeure de neurobiologie de Yale Medical School à la BBC. Ce qui ne signifie pas nécessairement qu’on va mettre le cerveau d’Einstein dans la tête de Homer Simpson, a-t-elle ironisé.

D’autres neurologues rappellent toutefois les effets secondaires indésirables parfois graves de ces nootropes, notamment : un cerveau moins « agile » ou plus paresseux à moyen et à long terme à cause d’une sollicitation accrue des neuromédiateurs par les « smart drugs »; une augmentation de la tension artérielle, des dommages au foie et aux reins, de la tachycardie.

Des enseignants croient que la consommation de « smart drugs » par les étudiants pose un sérieux problème éthique : c’est une forme de dopage voire de tricherie qui désavantage leurs collègues qui n’en consomment pas. Une enseignante en neuroscience de l’Université de Cambridge a appelé à la mise en place de tests de dépistage des « smart drugs » avant que les étudiants ne passent leurs examens!

Les nouvelles générations qui prennent des « smart drugs » sont « les héritières de l’individualisme narcissique qui caractérise nos sociétés occidentales contemporaines, mais sont également les précurseurs de la colonisation du social par le médical », estiment les deux professeurs Marcelo Otero et Shirley Roy de l’UQAM dans leur livre Qu’est-ce qu’un problème social aujourd’hui : repenser la non-conformité.

Écoutez

Zoubeir Jazi
column-banner-zoubeir

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les pilules du « dopage » scolaire?»
  1. Avatar Emilie dit :

    En lisant l’article qui suit, j’en suis venue à me demander à qui devait-on lacer le pot: http://santeinc.com/2014/05/du-ritalin-impose-par-la-faculte/