travailleuse-autonome

De plus en plus de Canadiens rêvent de devenir leur propre patron

Devenir son propre patron? C’est l’option de près de 3 Canadiens sur 4

Share

L’idée de créer sa propre entreprise est très présente chez les Canadiens.  74% de Canadiens et 83% de Québécois aimeraient devenir leur propre patron. C’est ce que révèle un sondage  du Forum Angus Reid, commandé par Kumon Canada.

Au Québec, en cas de perte d’emploi, plutôt que d’en chercher un nouveau, 6 personnes sur 10 choisiraient de créer leur propre entreprise.

Certes, le taux de chômage est élevé chez les jeunes canadiens (14% contre 6,8% pour l’ensemble de la population). Mais, ils ne sont pas les seuls  en qui sommeillent l’esprit d’entreprise. Parmi les Canadiens de 25 à 55 ans, plus de 6 sur 10 (65 %) envisageraient  de s’établir à leur compte après  la retraite de leur emploi actuel.

Un jeune travailleur dans une usine
Jeunes ou vieux, la majorité des Canadiens aimeraient diriger leur propre entreprise à leur retraite de l’emploi actuel

Franchir les embûches 

Maintenant, une chose est de vouloir créer sa propre entreprise, mais une autre est de pouvoir le faire. Les principaux obstacles à entrepreneuriat,  selon les personnes interrogées, sont les coûts de démarrage (46 %) et la stabilité globale (39 %).

Ces obstacles ne se présentent pas de la même manière selon qu’on choisit la franchise ou l’entreprise autonome.  Selon Catherine Chiang, directrice nationale des franchises, Kumon Canada Inc, opter pour une franchise qui a fait ses preuves permettrait de surmonter les deux obstacles mentionnés plus haut. « Devenir propriétaire d’une franchise est souvent une option plus accessible, car, dit-elle, on a la possibilité d’exploiter une entreprise de marque établie avec le soutien du personnel du siège social. »

Les établissements de restauration rapide engage notammen des travailleurs étrangers temporaires.
La restauration rapide est un domaine où la franchise est une option populaire © Radio-Canada

Au Québec, les options de franchise les plus populaires sont les métiers (29 %), la petite enfance/l’aide à la vie autonome (24 %) et les cafés-restaurants (21 %).  Mais les options de franchise les plus populaires ne sont pas nécessairement celles qui sont perçues comme les plus gratifiantes. C’est le cas par exemple de l’éducation, considérée comme le plus gratifiant des domaines pour  43% de Canadiens et 49% de Québécois, alors que ces mêmes personnes ne choisissent pas spontanément ce domaine pour leur future entreprise.

Le sondage en ligne a été effectué du 2 mars au 4 mars 2015, auprès de 1 266 adultes canadiens de 25 à 55 ans sélectionnés au hasard. Ces personnes sont actuellement soit employées, soit en recherche d’emploi. Elles sont membres du Forum Angus Reid. La marge d’erreur du sondage est de +/- 2,8 %, 19 fois sur 20.

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Devenir son propre patron? C’est l’option de près de 3 Canadiens sur 4
  1. Avatar Sofia Nassa dit :

    Bonjour à tous,

    Je trouve l’article intéressant. En effet, l’heure est à l’entrepreneuriat. Raison pour laquelle je me permet de vous parler de notre entreprise. Pourquoi plusieurs personnes aimeraient se lancer en affaire mais ont toujours cette hésitation?
    La paperasse à faire pour le plan d’affaire, le financement, le manque de soutien dans notre projet du début jusqu’à la fin, le temps que cela prend de pouvoir « gagner du profit » et j’en passse, sont des facteurs phares !!

    Ici, UNIKUB est une entreprise qui aide les entrepreneurs à se lancer en affaire, un modèle innovateur, adapté à tous. Nous ne faisons pas de formation sur comment être un entrepreneur (mais nous les suggérons à tout entrepreneur dans la mesure du possible) nous faisons au delà de ça. Nous développons tous les outils et le modèle d’affaire pour démarrer son entreprise rapidement et générer des profits plus rapidement. Tout est une question de vision, de passion qui précédent la volonté !!!
    Nous faisons : le plan d’affaire, accompagnement pour le financement, service de gestion des opérations, développement du site Web, tout le branding, service Marketing, Revue de presse (publicité, visibilité) Gestion des ressources humaines etc.
    Nous sommes partenaire avec la fondation de l’entrepreneurship, avec son nouveau programme MOOVJEE, et nous donnons 10% de nos bénéfices pour le développement de l’entrepreneuriat dans le Québec. Et je suis certaine que pour tous ceux qui aimeraient se lancer en affaire mais qui hésitent encore, UNIKUB est une opportunité en or pour vous.

    Changement de vie professionnelle ?
    Entrepreneur en herbe?
    Investisseur?
    Je vous invite à visiter notre site et pour toutes questions, je suis complètement ouverte à vous répondre !!

    Cordialement

  2. Avatar GORE MARCEL dit :

    Dans les écoles et dans les organisations de la société civile, la tendance est à la formation des populations à l’entrepreneuriat. Cela donne, à la sortie de l’école, des idées d’entreprise. Certaines idées naissent à l’école, mais la plupart naissent face à la réalité de la vie active. Pour une population dont le niveau moyen d’étude est élevé (c’est le cas du Canada), cette tendance à vouloir créer son affaire est toujours présente. Avec l’aide des Autorités (fonds d’aide, encadrement, facilités diverses..) et l’appui des Associations (aide à la création d’entreprises, informations utiles…) il est de plus en plus facile de créer son affaire. Il reste à aider la structure créée à traverser les premières années critiques (cinq premières années).