Radicalisation, mieux vaut prévenir que guérir

Share

Une vigile au Monument commémoratif de guerre du Canada après qu’un soldat montant la garde, le caporal Nathan Cirillo, a été tué le 22 octobre 2014 à Ottawa. Après avoir tiré sur le caporal, Michael Zehaf-Bibeau est entré au parlement où il a été abattu après une véritable chasse à l’homme. Photo : La Presse canadienne/Patrick Doyle

Qu’est-ce qui pousse des individus à commettre des actes terroristes au nom de croyances religieuses ou politiques?

Pourquoi des jeunes sont-ils happés par un discours djihadiste soit l’appel au combat pour conserver une terre d’Islam?

Michael Zehaf-Bibeau, auteur de l’attentat terroriste au Parlement à Ottawa. Photo: Presse Canadienne

Aurélie Campana, professeur de sciences politiques à l’Université Laval, explique les deux choses à retenir quant au djihadisme :

« Principalement il est né dans le contexte égyptien, mais pas uniquement, et est devenu un outil de contestation du pouvoir vu comme trop laïque et trop nationaliste […] Le djihadisme s’est imposé dans le contexte de la guerre d’Afghanistan 1979-1989 contre les Soviétiques […] mais également comme un outil de mobilisation de salafistes souhaitant combattre ce que beaucoup ont appelé des infidèles […] donc combattre pour conserver une terre d’Islam, c’est comme ça que la chose a été vendue. »

À la suite de ce conflit sont apparues plusieurs organisations comme Al Qaïda qui invitaient des combattants étrangers à s’enrôler.

Ismaël Habib, Montréalais de 29 ans, est le premier Canadien reconnu coupable d’avoir tenté de se joindre à un groupe terroriste à l’étranger. Photo : Facebook

D’autres organisations se sont ajoutées, et la croissance des réseaux sociaux a permis à des groupes comme Al Qaïda et Daech Daech (groupe armé État islamique) d’avoir une stratégie de communication.

« Ils ont mis en place des stratégies de propagande qui jouent à la fois sur la peur et la séduction pour convaincre directement ou indirectement un certain nombre d’individus d’adhérer à leur discours. » -Aurélie Campana

Aurélie Campana, professeur de sciences politiques à l’Université Laval Photo : Radio-Canada.

Ghayda Hassan . Photo : Radio-Canada.

Mais comment dépister les personnes à risque de se radicaliser?

Ghayda Hassan, chercheure clinicienne en psychologie à l’UQAM, cerne la problématique du dépistage :

« Pour faire du bon dépistage il ne faut pas en faire […] en ce moment les données probantes nous disent que les outils de dépistage se trompent dans la majorité des situations et elles causent des stigmatisations, des interventions musclées […] Et on sait très bien que des interventions policières qui n’ont pas lieu d’exister peuvent fragiliser ou pousser la personne plus rapidement dans la trajectoire en raison de l’injustice, de la colère que ça provoque, la stigmatisation. La meilleure façon de dépister c’est de rester à l’écoute de notre environnement, les enseignants, les professionnels dans différents milieux […] Et ça, c’est vraiment à la fois l’expérience clinique qui permet d’identifier les personnes à risque […] Et c’est un peu le modèle qu’on a créé ici qui existe déjà depuis un an, deux ans. »

Cette approche s’implante au Québec et ailleurs au Canada, mais n’est pas aussi présente dans d’autres pays qui adoptent davantage des structures de sécurité.

L’approche de prévention sera étudiée et documentée avec la nouvelle Chaire UNESCO sur la radicalisation à l’Université de Sherbrooke, Ghayda Hassan.

« La raison étant que particulièrement dans le domaine de la radicalisation violente, il y a tellement eu d’investissements dans des programmes qui n’ont jamais prouvé leur efficacité ou encore qu’il n’y a pas eu d’études qui dit que tel programme fonctionne dans tel contexte pour telle personne, c’est ce qu’on appelle l’évaluation réaliste, c’est-à-dire qu’est-ce qui marche pour qui et comment. »

Témoignages de jeunes Québécois en processus de déradicalisation et de parents d’enfants radicalisés, dans le cadre d’une conférence de l’UNESCO, à Québec, en novembre 2016. Photo : Radio-Canada/Mathieu Dion

Mme Hassan met en lumière le fait que le Canada ne fait pas encore face à une radicalisation exacerbée.

« Au Canada, on a l’avantage que le phénomène est plus petit. On a des groupes d’extrême droite violents, mais on a va dire que dans la violence extrême le phénomène est plus petit. Ce qui a fait qu’on n’a pas eu tant de programmes qui ont été installés […] OK, maintenant, on sait ce qu’il ne faut pas faire, essayons de voir ce qui peut marcher. »

Saïd Namouh est derrière les barreaux depuis plus de 10 ans. Il a été la première personne à être reconnue coupable d’activités terroristes au Québec. (Esquisse datant de 2010)

Selon Aurélie Campana, qui est l’auteur du livre L’impasse terroriste, il faut aussi s’intéresser à la manière dont la personne s’est radicalisée.

« Est-ce qu’il a d’abord radicalisé ses croyances et les a très profondément intériorisées? Est-ce qu’il a un groupe qui pratique de la violence terroriste par suivisme avec une bande de copains, est-ce qu’il était à la recherche d’une nouvelle référence d’aventures? »

Le livre d’Aurélie Campana est publié aux Éditions MultiMondes.

Cependant, au Canada, les initiatives de déradicalisation sont assez récentes et il n’y a pas encore suffisamment de recul pour savoir ce que ça peut produire.

« C’est vraiment du cas par cas, c’est vraiment comme la radicalisation…on peut avoir un programme général pour permettre de désamorcer un certain nombre d’individus, de tenter de les déradicaliser, mais après il faut que ce programme soit excessivement flexible et qu’on puisse faire du cas par cas.» Aurélie Campana, auteure du livre L’impasse terroriste 

Ghayda Hassan abonde dans le même sens. Il n’y a pas de solutions faciles au problème de gens qui se radicalisent ou qui décident de commettre un acte terroriste.

« Les experts comme Aurélie et bien d’autres dans le domaine, on s’entend que les trajectoires sont très uniques, qu’il n’y a pas de recettes. Il y a des facteurs de risques communs qui traversent ces trajectoires-là, il y a des facteurs de protection […] C’est ce qu’on ferait en fait pour n’importe quelle autre personne qui viendrait nous consulter, qu’elle ait un problème de santé mentale, de santé physique ou autre. On regarde vraiment toute sa trajectoire de vie et ses besoins à la fois pour gérer le risque, mais aussi pour pouvoir l’aider à (on va dire) dévier ou changer de trajet. » 


Les étapes de la déradicalisation selon Aurélie Campana :

« Je pense que la première étape c’est de connaître le point d’entrée dans la radicalité pour essayer de comprendre comment on pourrait éventuellement essayer de convaincre ces individus que 1) le passage à la violence n’est ni admissible ni légitime, 2) les croyances qu’ils ont intériorisées qu’ils ont faites leurs, ne sont pas les plus légitimes et les plus partagées par la population.»

Dans ce processus long et aléatoire, Mme Campana est d’avis qu’on ne pourra pas convaincre la totalité des individus qui se sont radicalisés.

Deux jeunes du Cégep de Maisonneuve, El Mahdi Jamali et Sabrine Djermane, ont été acquittés d’accusations de terrorisme. Montage de leur photo de finissant : Radio-Canada

Dans le cas de deux jeunes du Cégep de Maisonneuve qui ont subi un procès et qui ont été acquittés, Maryse Jobin a posé la question suivante à Ghayda Hassan : est-ce que vous comprenez dans cette démarche qu’on les a « attrapés à temps », c’est-à-dire qu’on a pu faire une démarche auprès d’eux?

« Dans des situations où l’on voit des jeunes glissés vers des trajectoires de violence, il est en effet très positif qu’on puisse intervenir auprès d’eux. Maintenant, je ne suis pas en train de dire qu’il faut intervenir de manière policière et arrêter […] Je ne fais pas de commentaires là-dessus. Sur le niveau du terrain, ce que je peux vous dire, c’est qu’à partir aussi des différentes références qu’on obtient, c’est que le fait de ne pas hésiter à rechercher de l’aide est un facteur clé dans la prévention et dans l’arrêt de l’agir. »

Sabrine Djermane et El Madhi Jamali après leur acquittement en décembre 2017. Photo : Radio-Canada

Selon Aurélie Campana, en ce moment on est dans une vague de terrorisme dit religieux et le djihadisme en est la principale composante. Mais pour la professeure de sciences politiques, ce qu’on oublie trop souvent c’est que le djihadisme n’est pas la seule incarnation du terrorisme.

« Si je vous dis aujourd’hui que la forme de terrorisme qui domine aux États-Unis c’est un terrorisme d’extrême droite, en général les gens me regardent un petit peu bizarrement parce que ce n’est pas l’image qu’en véhiculent les médias et pourtant ce sont les chiffres du FBI eux-mêmes qui le disent. »

Lors d’une manifestation à New York, après les événements de Charlottesville, une femme tient une pancarte où l’on peut lire : « Le suprémacisme blanc est du terrorisme. » Photo : Reuters/ Joe Penney

Écoutez l’entrevue que Maryse Jobin a réalisée avec Ghayda Hassan, chercheuse clinicienne à l’UQAM, à l’ERIT et à la Chaire de l’UNESCO sur la radicalisation.

Écoutez

Ressources disponibles :

Équipe de recherche et d’intervention transculturelles (ERIT)

Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV)

Guide de sensibilisation – Radicalisation menant à la violence (Gendarmerie royale du Canada)

Share
Catégories : International, Société
Mots-clés : , , ,
@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*