Des membres du groupe Lev Tahor lors d'une séance de prière. (Dave Chidley / Canadian Press)

Lev Tahor : un feuilleton à rebondissements avec des arrestations de leaders de la secte juive au Mexique

Share

Les Lev Tahor refont surface dans l’actualité avec l’interpellation de leurs chefs. Ils s’étaient enfuis du Québec et de l’Ontario avec leurs familles et s’étaient réfugiés au Guatemala dans le but d’échapper aux poursuites judiciaires pour maltraitance d’enfants.

RCI avec des informations de Radio-Canada et CBC

120 enfants de retour au Québec après six ans de captivité

C’est depuis novembre 2013 que les Lev Tahor sont en cavale avec leurs familles pour tenter d’échapper à la justice aussi bien au Québec qu’en Ontario.

Ils devaient répondre à des accusations de négligence et de maltraitance envers leurs enfants rapportés par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), à Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides au Québec. Les mêmes faits leur étaient reprochés par les services sociaux au sud-ouest de l’Ontario, à Chatham, où ils avaient d’abord trouvé refuge après leur départ du Québec, en pleine nuit, avec une centaine d’enfants, avant de partir pour le Guatemala.

C’est le refus d’une jeune fille de 14 ans issue d’une famille Lev Tahor de retourner chez elle de peur d’être mariée de force, après son hospitalisation en 2012, qui avait sonné l’alerte auprès de la DPJ des Laurentides.

Ayant ouvert une enquête, la DPJ avait découvert que les enfants de la secte se trouvaient dans une situation déplorable. Ils étaient sous-scolarisés et vivaient dans des conditions insalubres avec des conséquences désastreuses pour leur santé physique et psychologique.

Cela avait permis de lever le voile sur le mode de vie particulier des membres de la secte qui vivent en quasi-autarcie et refusent de s’ouvrir au reste de la société. C’est d’ailleurs cette absence de collaboration qui avait conduit à leur éviction d’un village guatémaltèque, où près de 230 membres de la secte avaient trouvé refuge pour échapper à la protection de la jeunesse dans les deux provinces canadiennes.

Avant leur départ de l’Ontario pour le Guatemala, certains des enfants avaient été placés dans des familles d’accueil, tandis que d’autres étaient partis avec leurs parents.

Avec l’arrestation des principaux chefs de la secte au Mexique dans la nuit du 18 au 19 décembre, on apprend que plus de 120 enfants ont été récupérés et retournés au Québec, où ils vivent avec des familles d’accueil juives hassidiques.

Le choix de les placer dans ces familles serait motivé par le fait que ces enfants sont habitués aux traditions religieuses des Lev Tahor qui leur imposent des habitudes de vie particulières, comme manger suivant un rituel ou s’habiller d’une certaine manière. En plus, ces familles parlent le yiddish, la seule langue que connaissent les enfants.

Des membres de la secte lev Tahor, au Guatemala.

Des membres de la secte Lev Tahor au Guatemala Photo : Radio-Canada/CBC

Arrestations au Mexique et enlèvement de deux enfants de la secte Lev Tahor aux États-Unis : quels liens?

Les arrestations survenues ces derniers jours au Mexique à l’initiative d’Interpol et du FBI interviennent dans un contexte particulier.

Elles ont lieu à la suite d’une affaire d’enlèvement de deux enfants dans la région des Catkills dans l’État de New York. C’est en effet là que se sont installés l’année dernière Sara Teller et ses six enfants.

Cette ancienne membre de la secte, et fille du défunt leader Rabbi Shlomo Helbrans, avait dû quitter précipitamment le Guatemala pour échapper aux châtiments des membres de la secte. Elle était punie pour avoir critiqué la décision de son frère Nachman Helbrans de marier sa fille de 13 ans à un adolescent. Il faut préciser que c’est ce frère qui a succédé au père à la tête de la secte qu’il dirige d’une main de fer.

Pour l’instant, il n’est pas indiqué s’il y a un lien entre les enlèvements d’enfants et les arrestations.

Il convient de mentionner que la secte Lev Tahor a toujours vécu dans la controverse, avec toutes sortes d’allégations pesant sur elle. En plus de la maltraitance et de la sous-scolarisation des enfants, il avait été reproché à son défunt chef Shlomo Helbrans d’avoir usé de fausses représentations pour obtenir son statut de réfugié au Canada, après son expulsion des États-Unis où il avait été jugé pour enlèvement et séquestration d’un mineur afin de lui inculquer de force des notions religieuses.

À lire aussi :

Share
Catégories : International, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*