Embryon de souris au stade de 16 à 32 cellules (Groupe CNW/Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM))

Vers l’amélioration de la fertilité humaine grâce à la réduction du nombre de défauts dans les embryons de souris?

Share

Les résultats des travaux d’une équipe de chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) pourraient redonner de l’espoir aux couples qui tentent en vain de donner naissance à un enfant.

 Une découverte inédite

Greg Fitzharris, Ph. D., chercheur au CRCHUM (Groupe CNW/Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM))

Selon le chercheur Greg Fitzharris et son équipe, la découverte montre que si bon nombre de fécondations in vitro se soldent par un échec, c’est à cause des anomalies que contiennent les cellules.

Environ la moitié des embryons générés lors des traitements de fertilité par fécondation in vitro contiennent des cellules qui présentent un nombre anormal de chromosomes.

Cette anomalie est appelée aneuploïde et représente une cause majeure d’infertilité.

Dans notre étude, nous expliquons au moins une des raisons pour lesquelles ce phénomène se produit. Nous avons constaté que cela est dû à une défaillance d’un mécanisme appelé « point de contrôle du fuseau ». Nous montrons aussi que si nous manipulons ce point de contrôle chez des embryons de souris à l’aide d’un simple médicament, nous pouvons réduire les risques d’erreur de 50 % environ,Greg Fitzharris, chercheur au CRCHUM et professeur à l'Université de Montréal
Écoutez
Qu’est-ce que la FIV?

La fécondation in vitro est la rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule à l’extérieur du corps de la femme afin de former un embryon.

Une fois formé, ce dernier sera réintroduit dans l’utérus pour qu’il se développe.

Des chercheurs québécois présenteront les résultats de leurs recherches lundi lors d’une rencontre de la Société américaine de médecine reproductive, qui se tient à Baltimore. Selon cette étude, chaque enfant né d'une femme âgée de 40 ans ou plus par des techniques de conception in vitro coûte entre 45 000$ et 100 000 $, en vertu du programme gouvernemental québécois. Claude discute de cet aspect en compagnie de la Dre Camille Sylvestre, obstétricienne gynécologue.

Fécondation in vitro : doit-on établir une limite d’âge?

Un couple canadien sur six est touché par l’infertilité.

Pour y remédier, certains d’entre eux recourent à la fécondation in vitro. Mais les embryons obtenus par cette technique présentent souvent des défauts.

Seulement de 30 à 50 % des embryons transférés mènent à une grossesse.

Quels espoirs pour l’amélioration de la fertilité des couples?

L’étude n’est qu’au stade expérimental chez les souris, prévient M. Fitzharris. Cela voudrait dire clairement qu’il va falloir passer par des étapes supplémentaires avant d’arriver à son application chez les humains. Pour cela, il faut attendre plusieurs années. C’est pourquoi le chercheur insiste sur la nécessité d’un plus grand recul quant à l’application des résultats actuels chez les humains.

Le potentiel de transposition à l’humain est évident. Et je suis certain que les cliniques de fertilité aimeraient bien essayer cela dans l’espoir de fabriquer de meilleurs embryons. Cependant, il serait tout à fait irresponsable d’appliquer ce concept en clinique maintenant, avant même que tous les tests de sécurité et d’innocuité soient réussis,souligne le chercheur.

Quelques détails au sujet l’étude dont les résultats ont été publiés dans la revue Current Biology

Plusieurs embryons de souris ont été analysés.

Des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal réduisent le nombre de défauts dans des embryons de souris, ce qui ouvre des chances d’améliorer la fertilité des couples infertiles. Crédit: Istock

Les chercheurs ont procédé à l’administration d’une substance de synthèse nommée proTAME.

Cela leur a permis de constater qu’une plus grande proportion de cellules de chacun des embryons de souris avait un nombre normal de chromosomes.

Constat : chez les souris, l’ovocyte normal contient 20 chromosomes, alors qu’il en contient 23 chez l’humain.

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Répondre à Serge Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Vers l’amélioration de la fertilité humaine grâce à la réduction du nombre de défauts dans les embryons de souris?»
  1. Avatar Serge dit :

    Les problèmes possibles sont que les embryons traités ne soient pas viables ou qu’il aient des malformations. De plus, des effets négatifs peuvent ne pas se produire immédiatement mais dans la génération suivantes de ces bébés in vitro. Alors il faut bien examiner les souris générées par cette méthode.