DOSSIER SPÉCIAL – Démonstration de force de l’OTAN et de la Russie : deux visions de l’Arctique s’affrontent

La frégate espagnole Cristobal Colon, le navire de la Marine française Latouche-Tréville et le navire de la Marine turque Oruceis naviguent devant le navire canadien NCSM Ville de Québec près des côtes norvégiennes pendant l’exercice Trident Juncture, le 26 octobre 2018. (Caporal-chef André Maillet/Services d’imagerie MARPAC)
Les tensions croissantes avec la Russie obligent l’OTAN à entraîner à nouveau ses forces militaires afin d’apprendre à affronter cet adversaire de taille et bien armé en Europe du Nord, et peut-être même dans l’Arctique.

Entre fin octobre et début novembre 2018, l’alliance a mené un vaste exercice militaire en Norvège et dans les environs, baptisé Trident Juncture, qui est le plus important effectué par l’OTAN depuis la fin de la guerre froide.

Il en est ressorti que l’OTAN et la Norvège doivent trouver un juste équilibre entre, d’une part, faire de la dissuasion pour contrer le comportement agressif de la Russie et, d’autre part, provoquer une concentration des forces russes à la frontière de la Norvège et dans l’Arctique.

Pendant ce temps, une petite ville norvégienne située à la frontière russe mise sur le renforcement de la coopération transfrontalière et aspire à devenir une plaque tournante importante de la nouvelle route transarctique qui doit relier la Russie et la Chine à l’Europe occidentale.

Levon Sevunts

Levon Sevunts, Radio Canada International

Originaire d’Arménie, Levon a commencé sa carrière en journalisme en 1990 en couvrant les guerres et les conflits civils au Caucase et en Asie centrale.

En 1992, Levon a immigré au Canada après que le gouvernement arménien eut mis fin au programme télévisé pour lequel il travaillait. Il a appris l'anglais avant de poursuivre sa carrière en journalisme, d'abord dans la presse écrite puis à la télévision et à la radio. Les affectations journalistiques de Levon l'ont mené du Haut-Arctique au Sahara en passant par les champs de la mort du Darfour, des rues de Montréal aux sommets enneigés de Hindu Kush, en Afghanistan.

De son parcours, il dit : « Mais surtout, j’ai eu le privilège de raconter les histoires de centaines de personnes qui m’ont généreusement ouvert la porte de leur maison, de leur refuge et de leur cœur. »

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *