Photo Credit: cbc.ca

Pourquoi le Canada doit renouer ses relations avec l’Iran

Septembre 2012 : Le Canada annonce la fermeture de son ambassade en Iran. Pourquoi une telle décision? Selon le ministre des Affaires étrangères de l’époque — dans l’ancien gouvernement conservateur — John Baird : « Le Canada considère le gouvernement de l’Iran comme la menace la plus importante à la paix et à la sécurité mondiales à l’heure actuelle ».

La liste des griefs à l’égard de ce pays d’Asie de l’Ouest est longue : On lui reproche  de ne pas se conformer aux résolutions des Nations unies concernant son programme nucléaire, de menacer régulièrement Israël, de compter parmi les pires violateurs des droits de l’homme au monde, d’abriter des groupes terroristes, de mépriser la convention de Vienne sur les relations diplomatiques et de fournir une aide militaire croissante au régime syrien.

Juillet 2015 : L’Iran accepte que l’Agence internationale de l’énergie atomique encadre son programme nucléaire pour 10 ans en échange d’une levée progressive des sanctions économiques prises contre elle par la communauté internationale.

Automne 2015 : L’avionneur canadien Bombardier se rend en Iran pour y promouvoir ses trains et ses avions en attendant la levée des sanctions économiques internationales. 

Un autre contrat échappe à Bombardier

Janvier 2016: Le Canada entend lever certaines sanctions qu’il impose à l’Iran et ainsi se conformer à une demande de l’ONU. « Le Canada retirera ses sanctions, mais ce que le Canada maintiendra, c’est une méfiance envers un régime qui ne doit pas retourner dans l’armement nucléaire, un régime qui est un danger pour les droits humains, qui n’est pas un ami de nos alliés, notamment Israël. » Stéphane Dion, actuel ministre des Affaires étrangères, dans le gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Février 2016 : Plusieurs entreprises canadiennes des secteurs agroalimentaire, pharmaceutique, minier, financier ou encore de la restauration se montrent intéressées par les occasions d’affaires en Iran.

Ont-elles lu « Renouons nos relations avec l’Iran » un texte publié dans le quotidien montréalais La Presse +  le 27 janvier, signé Richard Foltz, le directeur du Centre d’études iraniennes de l’Université Concordia à Montréal ?

Le professeur Foltz qui est également l’auteur du livre Iran in World History y explique que « L’hostilité de l’Occident à l’égard de l’Iran relève à la fois de l’illogisme et de l’hypocrisie. »

La suite au micro d’Anne-Marie Yvon :

Écoutez
Richard Foltz © Concordia.ca

Pour mieux comprendre l’Iran

Richard Foltz donnera une conférence portant sur « La conception iranienne de la place de l’Iran dans le monde»  le 11 février à 11 h 30 à l’Université de Montréal.  Cet événement est organisé par le groupement interuniversitaire pour l’histoire des relations internationales contemporaines (GIHRIC), le Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM) et le département d’histoire de l’Université de Montréal.

À lire:  trois ouvrages – dont deux récits de voyage – écrits par des Canadiens:

Iran in World History de Richard Foltz (Oxford University Press, 2016) Cet ouvrage a été traduit en persan et sera bientôt distribué en Iran.

Passeport pour l’Iran, de Marie-Eve Martel (Michel Brulé, 2006)

Poets and Pahlevans: A Journey into the Heart of Iran, de Marcello Di Cintio (Vintage Canada, 2010)

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*