Une jeune stagiaire dans un garage

Une jeune stagiaire dans un garage
Photo Credit: iStock

Ottawa sommé d’intervenir dans l’exploitation des stagiaires non payés

Des syndicats et des associations étudiantes demandent au gouvernement canadien d’amender un projet de loi qui permettrait à des entreprises au Canada de compétence fédérale comme Radio-Canada d’embaucher des stagiaires qui ne seraient pas payés pendant quatre mois.

Le projet de loi plongé dans la controverse est hérité du précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper qui se proposait de réformer le Code du travail pour protéger davantage les stagiaires victimes d’abus en série, une affaire qui avait plongé dans l’embarras le gouvernement canadien au printemps 2014.

Or, la refonte du Code du travail que tente de reprendre à son compte le gouvernement libéral de Justin Trudeau prévoit des échappatoires qui permettraient, dans certains cas, l’embauche de stagiaires qui ne seraient pas rémunérés pendant les quatre premiers mois d’un stage à plein temps, ou pendant la première année d’un stage à temps partiel.

Syndicats et associations étudiantes demandent aux libéraux d’éliminer ces provisions

L’Association canadienne des stagiaires soutient que la proposition créera une échappatoire juridique qui favorisera la précarité chez les jeunes travailleurs.

L’association a publié sur son site une lettre ouverte cinglante à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, MaryAnn Mihychuk. L’association y annonce qu’elle se retire des consultations sur les stages non rémunérés parce qu’elle ne veut pas discuter d’exploitation de jeunes travailleurs par le biais de stages non rémunérés, à moins que ces stages soient directement liés à la scolarité.

De plus, selon l’association, la plupart des entreprises sous compétence fédérale (communications, transports, banques) ont les moyens de payer leurs stagiaires.

« Des géants comme Bell Média, Via Rail, Air Canada, la Banque TD, Rogers ou Radio-Canada seraient pour ainsi dire encouragés à entretenir un cycle infini d’embauche de stagiaires non rémunérés plutôt que d’afficher des postes », écrit l’association.

Aide-mémoire…
Le scandale des 300 000 stagiaires gratuits au Canada qui valaient leur pesant d’or
On estimait en 2014 que 300 000 personnes, la plupart de jeunes Canadiens ou Canadiennes, travaillaient gratuitement au sein de grandes entreprises pourtant prospères.
Et, ce ne sont plus seulement des étudiants qui donnaient ainsi gratuitement de leur temps dans l’espoir de poser un pied sur le marché du travail, mais aussi des nouveaux arrivants au pays qui travaillaient gratuitement pour acquérir la fameuse « expérience canadienne ».
En 2013 un hôtel de Vancouver avait déclenché une tempête après avoir publié une annonce recherchant des gens prêts à débarrasser gratuitement les tables.

Le bal des serveurs dans un restaurant
Le bal des serveurs dans un restaurant © iStock

Une forme d’exploitation de plus des travailleurs

Le nombre de ces stagiaires a bondi dans la foulée de la crise économique de 2008, affirme Sean Geobey, un chercheur associé au Centre canadien de politiques alternatives, et l’auteur d’un récent rapport intitulé « The Young and the Jobless ».

« Nous commençons à voir des Canadiens — des jeunes et leurs parents en particulier — remettre sérieusement en question ce qui se passe, ici, et pourquoi nous sommes apparemment revenus aux pratiques du 19e siècle en matière d’emploi. »

Jeune femme dans un bureau.
© IS/Goodluz

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Les libéraux fédéraux sont interpellés sur les stages bénévoles – Radio-Canada

Les libéraux fédéraux sont interpellés sur les stages bénévoles – Le Devoir

Le ton monte encore contre les stages non rémunérés offerts au Canada – Huffington Post 

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*