@*@ Header
Voici Gastornis un oiseau géant incapable de voler qui parcouraient autour de ce qui est maintenant connu sous le nom du Nunavut il y a plus de 50 millions d’années.

Voici Gastornis un oiseau géant incapable de voler qui parcouraient autour de ce qui est maintenant connu sous le nom du Nunavut il y a plus de 50 millions d’années.
Crédit photo : Ilustration par Marlin Peterson/University of Colorado Boulder

Des oiseaux géants erraient dans l’Arctique canadien il y a 50 millions d’années

FacebookTwitterGoogle+PinterestWeChatEmailPrintPartager

Une nouvelle étude menée par des scientifiques de l’Académie chinoise des sciences à Beijing et de l’Université du Colorado à Boulder a confirmé qu’il y a plus de 50 millions d’années, l’Arctique canadien était un endroit chaud et humide, qui abritait des alligators, des tortues géantes et – comme on le sait maintenant – des oiseaux géants incapables de voler.

Un os fossilisé découvert dans les années 1970 sur l’île d’Ellesmere, dans ce qui est maintenant le Nunavut, et qui appartenait à une espèce appelée Gastornis a été à l’origine de cette découverte. L’oiseau, que les scientifiques croient était aussi grand qu’une personne, avait une tête de la taille d’un cheval et pesait plusieurs centaines de livres. Il a parcouru pendant la période connue sous le nom de l’éocène torride, soit il y a environ 50 millions d’années, se régalant de feuillage, noix, graines et fruits durs.

«Certainement cet os a suffit pour que l’on dise : « Oui! c’était un gros oiseau! »,  a affirmé la co-auteure de l’étude Jaelyn Eberle, professeure agrégée en sciences géologiques à l’Université du Colorado à Boulder en entrevue avec le réseau anglais de Radio-Canada, CBC news. »

L’os en question, considéré comme une perle rare puisque d’habitude, les os d’oiseaux ne tiennent pas en place tel qu’il le feraient par exemple, ceux des mammifères et des reptiles. 

« (L’os) a été découvert, il a été inscrit dans les listes des fossiles trouvés, mais n’a jamais été décrit proprement. Plus tard, il s’est un peu perdu dans les méandres de la collection », a déclaré Eberle.

L’os a été donc perdu jusqu’à ce que Eberle et son co-équipier, aussi auteur de l’étude, Thomas Stidham de l’Académie des Sciences de Chine, aient décidé de le chercher et de l’étudier en profondeur. Ils ont comparé l’orteil avec des fossiles d’un Gastornis du Wyoming datant de la même période. Des fossiles Gastornis ont également été trouvés en Asie et en Europe.

En utilisant la même technique, les scientifiques ont également pu identifier un autre fossile de la même expédition. Le Presbyornis, était une sorte de grand canard à longues pattes qui a en effet été découvert au même moment.

« Il y a une faune arctique très diverse », a déclaré Eberle. « C’est excitant. Je pense qu’il y a probablement plus de découvertes à venir, à la fois sur le terrain, mais aussi dans les laboratoires et dans les collections. »

Biographie de Jaelyn Eberle
Paléontologue Jaelyn J. Eberle - Photo site: http://cafescicolorado.org/Eberle.htmPaléontologue Jaelyn J. Eberle – Photo site: http://cafescicolorado.org/Eberle.htm
Jaelyn J. Eberle a grandi sur une ferme céréalière de la Saskatchewan, et elle a décidé qu’elle voulait être paléontologue à l’âge de 5 ans! Jaelyn a obtenu son diplôme de baccalauréat en Sciences avec spécialisation en paléobiologie en 1991 à l’Université de Saskatchewan. Elle a ensuite obtenu un doctorat en géologie de l’Université du Wyoming en 1996. Elle est maintenant une des conservateurs de paléontologie des vertébrés au Musée d’histoire naturelle de l’Université du Colorado (UCM) et professeure agrégée en sciences géologiques à l’Université du Colorado à Boulder. Ses recherches portent sur l’évolution des mammifères à travers la limite Crétacé-Tertiaire et sur l’évolution des vertébrés dans l’Arctique durant l’Éocène (il y a quelques 50 à 55 millions d’années). Ses recherches sur le terrain s’étendent des Rocheuses du Colorado à l’Arctique canadien.

Traduction par Paloma Martinez à partir d’un article sur le site internet du réseau anglais de Radio-Canada, la Canadian Broadcasting Corporation. Consultez l’article original en anglais ici.

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Science et technologie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*