Céline Dion

Céline Dion
Photo Credit: Alix Malka

Outre Céline Dion ou Bryan Adams, quels sont les plus grands noms dans le monde de la chanson canadienne?

Share

À cette question on pouvait, en 2014, répondre de façon enfin objective en affirmant que le chanteur canadien Paul Anka était mondialement le plus connu dans le monde, plus connu que Bryan Adams et Céline Dion.

Bryan Adams
Bryan Adams © PC/Borsi Rossler

C’est ce que révélait une enquête du très sérieux Institut MIT. près de Boston. au Massachusetts. aux États-Unis.

Des étudiants avaient alors réussi à quantifier la popularité à travers l’histoire de plusieurs grandes personnalités du monde entier. Les chercheurs avaient compté le nombre total de fois que les pages concernant une personnalité sur Wikipédia avaient été consultées.

Ces personnalités n’étaient pas que des chanteurs, mais elles étaient issues de tous les milieux, de 4000 ans avant Jésus-Christ jusqu’en 2010.

Dans les résultats affichés aujourd’hui encore en ligne sur le site web interactif « Pantheon » on découvrait une liste des 14 chanteurs canadiens les plus connus dans le monde. Les quatre premières positions étaient occupées par les artistes suivants :

1- Paul Anka
2- Bryan Adams
3- Celine Dion
4- Shania Twain 

Mais où se trouve Justin Bieber?

Dans cette enquête américaine dont l’analyse des données de Wikipédia ne dépassait pas l’année 2010, Justin Bieber n’arrivait qu’en 9e position comme artiste canadien le plus connu dans le monde. C’était pourtant déjà un exploit si l’on considère qu’il n’avait que 15 ans en 2009, au moment où il effectuait ses premiers pas dans l’univers mondial de la chanson.

Aujourd’hui, on peut affirmer qu’il est devenu, et de loin, le chanteur canadien le plus célèbre au monde et aussi l’un des mieux payés en 2016 avec des revenus estimés à près de 75 millions d’euros, ou 110 millions de dollars canadiens. Entre juin 2013 et juin 2014, il aurait gagné 80 millions de dollars.

Au niveau des fortunes constituées tout au long d’une carrière, c’est Céline Dion cependant qui décrocherait la palme selon un classement dressé en 2015 par le site 10 BestReview.

Avec plus de 800 millions de dollars, la Québécoise devance Madonna (700 millions), Beyoncé (536 millions), Mariah Carey (535 millions) et Gloria Estefan (500 millions).

Justin Bieber
Justin Bieber © Theo Wargo/Getty Images

Justin Bieber est plus populaire que jamais en Amérique du Nord

La grande vedette mondiale de la chanson populaire originaire de la province canadienne de l’Ontario occupait ces derniers mois les 2e, 4e et 5e positions sur le Billboard américain des 100 grands succès populaires de l’heure avec ses chansons « Sorry, » « Love Yourself » et « What Do You Mean ».

Il a répété cet exploit ce printemps au palmarès canadien, puisque trois de ses chansons se sont retrouvées en même temps dans la liste des dix chansons les plus entendues sur les ondes de nos radios.

Impossible de ne pas l’entendre lorsque vous circulez en ce moment en auto au Canada et que vous syntonisez la radio. La chanson « Love Yourself » arrivait en tête aussi du palmarès britannique de Noël dernier.

Justin Bieber aux American Music Awards (21 novembre 2010, Los Angeles)
Justin Bieber aux American Music Awards (21 novembre 2010, Los Angeles) © AP Photo/Matt Sayles

Aide-mémoire
Né le 1er mars 1994 à London en Ontario, Justin Bieber a grandi à Stratford en Ontario.
En 2007, à l’âge de douze ans, il chante la chanson de Ne-Yo, So Sick lors d’une compétition locale de chant à Stratford et il termine deuxième.
Sa mère, Pattie, poste alors toutes les vidéos de Justin en train de chanter sur YouTube afin que le reste de sa famille et ses amis puissent le voir.
La popularité des vidéos sur le compte YouTube de Justin augmente alors de plus en plus.
Elles seront visionnées par un certain Scooter Braun qui deviendra par la suite le producteur de Justin Bieber

Sur le même thème

Une entreprise québécoise poursuit Justin Bieber – Radio-Canada 

À 11 ans, un Saskatchewanais dansera avec Justin Bieber – Radio-Canada 

Justin Bieber causes stir as he wanders through Ottawa – CBC 

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*