Urbanisme vert

Un exemple d'Urbanisme vert
Photo Credit: Radio-Canada

Le Canada se démarque-t-il par son urbanisme?

Share

On pourrait penser que les grandes villes canadiennes aux profils souvent découpés par les gratte-ciels ne sont que des pâles copies de leurs plus grandes consœurs américaines telles que New York, Miami et San Francisco.

L’intersection des rues Thurlow et Alberni dans la ville de Vancouver telle que imaginée dans un récent plan d’urbanisme.
L’intersection des rues Thurlow et Alberni dans la ville de Vancouver telle que imaginée dans un récent plan d’urbanisme. © Ville de Vancouver

S’il est vrai qu’aucune ville canadienne ne se mesure à l’étonnante Chicago sur le plan de l’architecture, en urbanisme cependant, les villes de Toronto et de Vancouver particulièrement ont acquis une réputation internationale qui font dire aux experts que le Canada est en train de développer un urbanisme tout à fait unique et remarquable basé sur l’intégration du citoyen et des espaces verts.

Même Montréal, dont les grandes œuvres et bâtiments sont un peu défraîchis, peut se vanter d’être encore à la page de certaines tendances canadiennes.

Mais des pressions se font sentir pour que Montréal retrouve sa cadence et sa pertinence sociale d’antan.

La ville de Québec débat d’urbanisme 

La tenue du congrès de l’Institut canadien des urbanistes du 5 au 8 juillet dans la ville de Québec, une ville qui figure sur la liste des trésors du patrimoine international, était l’occasion de capter les commentaires des experts d’ici et d’ailleurs concernant les tendances et l’effet de contagion dans certains cas de l’urbanisme canadien sur le reste du monde.

On se demande notamment si on ne devrait pas exiger des villes qu’elles incluent encore plus les urbanistes et les citoyens au coeur des débats publics sur les différents projets de construction.

Écoutez
Vue sur le centre-ville de Montréal
Vue sur le centre-ville de Montréal © Radio-Canada/Coralie Mensa

Le Québec aurait besoin d’une politique nationale de l’architecture

Le développement des villes peut facilement se faire en dents de scie et voir l’éruption de laideurs architecturales.

L’arrondissement de Saint-Laurent à Montréal vient donc de devenir la première instance municipale dans la deuxième ville en importance au Canada à demander officiellement au gouvernement du Québec une politique nationale de l’architecture. Saint-Laurent a reçu plusieurs prix d’architecture et de design pour sa Bibliothèque du Boisé, construite en 2013 et certifiée LEED platine.

Les politiques nationales de l’architecture existent dans les vieux pays comme l’Angleterre ou la France, mais ce serait la première initiative du genre dans toute l’Amérique du Nord.

L’arrondissement estime que pour créer des bâtiments qui sont faits avec beauté, fonctionnalité et avec la performance environnementale en tête, il faut pouvoir forcer les villes à ouvrir leurs projets de construction à des concours d’architecture.

L’Ordre des architectes du Québec réclame depuis longtemps une politique nationale de l’architecture. Les processus d’appel d’offres au Québec ne favorisent pas nécessairement la qualité. On choisit souvent les professionnels ou les entrepreneurs selon le plus bas prix.

Le phare gratte-ciel aurait 65 étages
Le phare gratte-ciel aurait 65 étages © Groupe Synergie

Aide-mémoire…
Québec, ville phare du Canada?
À l’image d’Alexandrie, Québec annonçait son intention il y a neuf mois d’ériger un phare géant à l’entrée de la ville
Ce « phare » de 65 étages, assorti d’une tour d’observation à l’entrée de la ville de Québec, rivaliserait en hauteur avec la plus haute tour de bureau au Canada.
Le promoteur prévoit aussi la construction de trois autres tours de 25 à 30 étages qui viendraient encercler le phare, dont le sommet, serait presque aussi élevé que la plus haute tour de bureau canadienne, qui est pour le moment située dans la ville de Toronto, dans la province de l’Ontario.
 La Construction du phare de Québec prendrait 10 ans!

Infographie
Comparaison de la hauteur de différents édifices © Infographie

Avec la contribution de Serge Olivier, Marie Villeneuve, Catherine Lachaussée, et Marie-Ève Maheu, de Radio-Canada

Sur le même thème

Mettre un terme aux horreurs architecturales au Québec – Radio-Canada

Montréal manque de plan d’urbanisme – Radio-Canada

Institut canadien des urbanistes

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*