Une femme heureuse au travail

Photo Credit: iStock

Moins d’un siège sur neuf dans nos conseils d’administration d’entreprise est occupé par une femme

Share

La proportion de femmes qui occupent des sièges aux conseils d’administration des sociétés inscrites à la Bourse de Toronto a légèrement augmenté pour atteindre 12 %, selon les Autorités canadiennes en valeurs mobilières. C’est 1 % de plus que l’an dernier.

La Bourse de Toronto
La Bourse de Toronto © PC/Darren Calabrese (archives)

Les autorités en valeurs mobilières du Canada ont publié cette semaine les plus récentes statistiques sur la représentation féminine au sein des conseils d’administration et de la haute direction des entreprises au pays.

Selon cette enquête, il y a en ce moment un total de 677 entreprises inscrites à la Bourse de Toronto.

Or on constate qu’au sein de 215 entreprises présentes en Bourse dont la capitalisation boursière excède 1 milliard de dollars, 18 % des postes de haute direction sont actuellement occupés par des femmes, comparativement à 16 % l’année dernière.

Dans les 42 entreprises les plus importantes , dont la capitalisation boursière excède 10 milliards de dollars, les chiffres, plus encourageants pour les femmes, sont de 23 % et de 21 %, respectivement.

Les grandes tendances

Globalement, 55 % des grandes entreprises canadiennes comptent au moins une femme dans leur conseil (soit une augmentation de 6 % par rapport à l’année dernière).

Au sein des entreprises qui ont une politique pour augmenter la présence des femmes dans les hautes sphères de leur direction, la présence féminine est de 18 %, mais seulement de 10 % au sein des entreprises qui n’en ont pas.

Les autorités boursières d’une majorité de provinces et de territoires ont adopté en 2014 une politique qui oblige les entreprises inscrites en Bourse à dévoiler certaines statistiques sur la représentation féminine au sein de leur conseil d’administration et de leur haute direction.

L’Ontario aimerait servir d’exemple

La première ministre Kathleen Wynne au volant d’un tracteur lors du concours des labours en 2014
La première ministre Kathleen Wynne au volant d’un tracteur lors d’un concours des récoltes en 2014 © PC/Nathan Denette

Le gouvernement libéral de l’Ontario souhaite que les femmes représentent au moins 40 % de toutes les nominations aux conseils d’administration du gouvernement et de ses agences d’ici 2019.

La première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, a annoncé cette cible au mois de juin dernier affirmant qu’elle aimerait que le gouvernement serve d’exemple aux entreprises privées.

Le gouvernement « encourage » les entreprises à s’engager à ce que les femmes constituent 30 % des nominations à leur conseil d’administration.

Plus de la moitié des diplômés ontariens sont des femmes, qui forment la moitié de la main-d’œuvre dans la province. Pourtant, l’année dernière, la moitié des entreprises cotées à la Bourse de Toronto ne comptaient aucune femme au sein de leur conseil d’administration.

L’Ontario a par ailleurs créé un comité dirigé par le ministre des Finances et la ministre déléguée à la Condition féminine pour mettre en place les recommandations d’un rapport sur la diversité hommes-femmes dans les conseils d’administration au Canada.

Mme Wynne estime que les femmes « établissent les normes pour le monde » et qu’il incombe aux Canadiennes de fixer des normes élevées.

Découvrez :
Les rapports hommes-femmes au Canada
Un internaute nous demande de lui décrire à quoi ressemblent aujourd’hui les rapports entre les Canadiens et les Canadiennes dans une société qui a la réputation internationale depuis bien des années d’être plus ouverte et progressiste. Si l’on analyse les relations hommes-femmes au Canada sous l’angle du problème de la violence, les plus récentes données peignent un portrait toujours inquiétant et très peu flatteur qui cadre mal avec cette image mondiale de société égalitaire que l’on nous prête.
Lisez la suite… 

Lorsqu’il est question de créer un monde du travail plus ouvert et sympathique aux réalités des femmes avec ou sans enfants, le Canada semble en pleine gestation.Crédit photo : iStock
Lorsqu’il est question de créer un monde du travail plus ouvert et sympathique aux réalités des femmes avec ou sans enfants, le Canada semble en pleine gestation.Crédit photo : iStock

RCI avec Radio-Canada, La Presse canadienne et les autorités en valeurs mobilières du Canada

Sur le même thème

Seulement 12 % des sièges aux conseils des entreprises du TSX – Radio-Canada 

Les femmes pourraient encore gagner moins que les hommes dans 20 ans – Radio-Canada 

Il vaut toujours mieux être un homme au Canada, selon une étude – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Économie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Moins d’un siège sur neuf dans nos conseils d’administration d’entreprise est occupé par une femme»
  1. GILLES TALBOT dit :

    Il n’y a pas si longtemps elle ne pouvais pas voté et le chois de 1 homme 1 femme n’est pas une bonne affaire La capacité d’administer est le choix a faire Elle sont égale a l’homme et elles ont droit a la bêtise aussi