Le Festival Québec mode se déroule du 29 avril au 1er mai.

Le Festival Québec mode se déroule du 29 avril au 1er mai.

Notre industrie de la mode : entre les guenilles et la haute-couture

Share

Un internaute nous demande : « Existe-t-il une industrie de la mode digne de ce nom au Québec? Des agences? Des mannequins (femmes et hommes), des créateurs et des photographes à découvrir? Un reportage avec des interviews et des belles photos serait apprécié. »

En principe, l’industrie de la mode et du prêt-à-porter a un potentiel important si l’on considère que les Canadiens et les Québécois se procurent chaque année en moyenne 64 articles de linge nouveau allant des chaussettes aux chapeaux.

Dans les faits, pourtant, plus de 90 % de tous ces articles sont aujourd’hui fabriqués à l’étranger, même lorsque ces articles sont conçus ici par des designers canadiens.

La dernière Semaine de Mode à Montréal à eu lieu en 2013 © Presse Canadienne/Sebastian Roy

La dernière Semaine de Mode à Montréal à eu lieu en 2013© Presse Canadienne/Sebastian Roy

Notre industrie a été confrontée au déplacement de sa production vers l’Amérique latine et l’Asie.

En vérité, pour ce qui est d’image de ville à la page, Montréal a perdu son « je-ne-sais-quoi ». Même ailleurs au Canada, on n’associe plus le style et la mode autant à Montréal qu’auparavant.

Cela dit, la force visuelle de nos designers demeure hors pairs comme on peut facilement le constater lors d’événements comme le Festival Mode & Design qui a lieu à Montréal chaque année.

Mannequin:Shems. Agence Montage. Festival Mode et Design Août 2015.

Mannequin:Shems. Agence Montage. Festival Mode et Design Août 2015.

La concurrence n’est plus locale, mais bien mondiale

La tendance s’est accentuée depuis une quinzaine d’années, au point ou encore récemment on croyait que notre industrie de la mode était en mode faillite.

Après divers revers, échecs et désastres, il semble pourtant que les designers reprennent pied grâce aux regroupements de leurs forces vives.

« Nous unissons nos forces pour stimuler notre croissance et notre compétitivité », expliquait l’an dernier François Roberge, président de Boutique la Vie en Rose et président d’honneur de Mmode, le tout nouveau regroupement de designers montréalais.

L’organisme naissant profite de subventions gouvernementales liées à son démarrage de quelque 380 000$ par année d’ici 2018.

Écoutez

Le saviez-vous?
L’industrie du vêtement et du textile employait plus de 70 000 personnes à Montréal pendant les années 1970.
Elle a fondu de manière importante au cours des 40 dernières années.
Aujourd’hui, la mode montréalaise ne regroupe que 30 000 emplois, ce qui représente encore tout de même plus de 45 % de tous les emplois de ce secteur au pays.
En 2013, Montréal ne se classait plus qu’au 48e rang des villes de la mode dans le monde, loin derrière New York (1er) et Los Angeles (4e).

Boutique Bikini Village
Boutique Bikini Village. Après Jacob, Mexx Canada et Parasuco, les entreprises québécoises Bikini Village et Freedom Rhino joignent le triste groupe des boutiques de vêtements qui se sont placé ces récentes années à l’abri de leurs créanciers. © Centre d’achat Bayshore
La boutique de vêtements à Montréal, Cokluch, qui est tenue par la designer Christine Guérin. Réunie au sein de Mmode, la nouvelle grappe montréalaise de la mode regroupe créateurs, manufacturiers, grossistes et détaillants pour augmenter sa force de frappe localement et sur les marchés internationaux.
La boutique de vêtements à Montréal, Cokluch, qui est tenue par la designer Christine Guérin. Réunie au sein de Mmode, la nouvelle grappe montréalaise de la mode regroupe créateurs, manufacturiers, grossistes et détaillants pour augmenter sa force de frappe localement et sur les marchés internationaux. © Radio-Canada

Découvrez :
Les parkas inuits, témoins des traditions et du présent
Déambulez le long d’une rue dans une communauté du Nunavut et vous aurez l’impression d’assister à un défilé de mode nordique. Tout un chacun veut montrer son parka.
Lisez la suite… 

Non, il ne s’agit pas de vêtements de type Canada Goose ou autres, achetés en magasin, mais bien des vêtements faits main selon des design inuits traditionnels.
Non, il ne s’agit pas de vêtements de type Canada Goose ou autres, achetés en magasin, mais bien des vêtements faits main selon des design inuits traditionnels. © Radio-Canada

RCI avec la contribution d’Alan Gravel, René Saint-Louis et Tanya Lapointe de Radio-Canada

Sur le même thème

9 agences de mannequins qui se démarquent de Montréal à Québec – Huffington Post 

La mode québécoise: un style en mutation – Le Devoir 

Mode québécoise : «L’industrie a été ébranlée dans son ensemble» – Info Presse 

La haute couture québécoise selon les grands designers de mode – Radio-Canada  

L’industrie de la mode aura finalement sa grappe – Les Affaires 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Notre industrie de la mode : entre les guenilles et la haute-couture»
  1. Alain dit :

    Intéressant! Et bravo de répondre aux demandes de votre public.