Hydro Ottawa place les jeunes au centre de sa stratégie de remplacement de la main d'oeuvre vieillissante

Hydro Ottawa place les jeunes au centre de sa stratégie de remplacement de la main d'oeuvre vieillissante
Photo Credit: Chanss Lagaden/CBC

Entreprises canadiennes : le modèle d’Hydro Ottawa pour contrer les effets des départs massifs à la retraite

La population canadienne est vieillissante et les effets seront visibles dans les entreprises dans les prochaines années à cause des départs massifs à la retraite. Le pays compte en effet plus de personnes âgées de 55 à 64 ans, qui s’apprêtent à prendre leur retraite, par rapport aux jeunes âgés de 15 à 24 ans, selon Statistiques Canada. Hydro Ottawa est de ces entreprises qui décident  de prendre des mesures pour contrer les effets néfastes des départs massifs qui se feront bientôt sur le marché du travail.

La retraite pour 40 % des employés d’Hydro Ottawa dans 10 ans

Troisième en importance parmi  les sociétés qui offrent les services de distribution de l’électricité en Ontario, Hydro Ottawa est préoccupée par les conséquences de l’hémorragie à laquelle elle sera bientôt confrontée avec le départ à la retraite de près de la moitié de son personnel au cours des prochaines années.

C’est pourquoi cette entreprise est engagée dans un vaste programme de planification et de préparation de la relève qui continuera à offrir des services de qualité à ses milliers de clients résidentiels et commerciaux.

L’entreprise, qui peut s’enorgueillir de figurer parmi les meilleurs employeurs au Canada pour les jeunes, ce pour la quatrième année de suite, fait savoir que sa priorité est l’embauche et à formation des jeunes, ceux qui constitueront la prochaine génération de son équipe.

Qu’ils travaillent sur le terrain ou dans nos bureaux, nous sommes ravis de leur offrir des possibilités et des programmes variés qui les encouragent à apporter une précieuse contribution à l’entreprise et à la collectivité dès le début de leur carrière.  

Bryce Conrad, président et chef de la direction d’Hydro Ottawa

Hydro Ottawa représente un employeur attrayant pour les jeunes de moins de 30 ans - qui représentent 16 % de son effectif, comparativement à 13 % en 2012.

Hydro Ottawa représente un employeur attrayant pour les jeunes de moins de 30 ans – qui représentent 16 % de son effectif, comparativement à 13 % en 2012. © Radio-Canada

Miser sur des programmes d’apprentissage

Les universités et les écoles professionnelles sont la pépinière des jeunes qui sont embauchés par Hydro Ottawa.

En 2015 et en 2016, par exemple, 62 et 55 étudiants respectivement en emploi d’été ou en stage ont été embauchés, ce qui représente près de 10 % de l’effectif de la compagnie.

En partenariat avec certains collèges, dont le Collège algonquin, Hydro Ottawa a mis en place des programmes de formation depuis près de 13 ans.

Ces formations ont permis de mettre sur le marché plusieurs monteurs de lignes électriques, entre autres travailleurs qualifiés.

L’entreprise a aussi mis sur pied un conseil de la jeunesse pour mieux répondre aux préoccupations des jeunes et assurer  leur épanouissement professionnel.

Elle invite les jeunes femmes à prendre leur place en participant à la formation.

Hydro Ottawa invite les femmes à se lancer dans la carrière d'électricienne

Hydro Ottawa invite les femmes à se lancer dans la carrière d’électricienne © Radio-Canada

Le défi des entreprises canadiennes : combler le vide des départs massifs à la retraite

Alors que les baby-boomers s’apprêtent à quitter le marché de l’emploi, les entreprises canadiennes pourraient tirer des leçons du modèle d’Hydro Ottawa qui, en misant sur les jeunes, facilite également un transfert des connaissances grâce à la formation, afin qu’ils soient mieux outillés pour répondre efficacement aux besoins.

Une étude du Conference Board du Canada a permis de constater que plusieurs entreprises seront surprises par les effets des départs à la retraite parce qu’elles ne se sont pas prêtes à y faire face. Elles sont certes conscientes du problème, mais elles ne font pas ce qu’il faut pour y remédier.

L’étude montre que le problème se pose déjà dans certaines structures qui cherchent désespérément des personnes ayant des compétences requises pour occuper des fonctions, notamment dans le domaine de la construction, du tourisme, de l’alimentation et des mines.

Alors que peu d’entreprises sont suffisamment outillées pour mieux gérer le vieillissement de leurs mains-d’œuvre, l’étude préconise qu’elles prennent rapidement conscience de la situation et qu’elles optent immédiatement pour une planification stratégique.

C’est ce qui leur permettra d’éviter la baisse de la productivité et des revenus auxquels les départs massifs à la retraite les exposent.

Les baby-boomers, soit les canadiens nés entre 1946 et 1965, sont à la porte de la retraite et les entreprises doivent envisager des solutions pour leur remplacement

Les baby-boomers, soit les canadiens nés entre 1946 et 1965, sont à la porte de la retraite et les entreprises doivent envisager des solutions pour leur remplacement © iStock

À lire aussi

Le vieillissement de la main-d’oeuvre : les employeurs sont-ils prêts?

Pour la première fois, le Canada compte plus d’aînés que d’enfants

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*