Vue sur le centre-ville de Montréal au petit matin

Vue sur le centre-ville de Montréal au petit matin
Photo Credit: Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Montréal bat Paris et devient la meilleure ville universitaire du monde

Montréal vient de détrôner Paris à la première place des meilleures villes où étudier dans le monde, selon le classement QS Best Student Cities. Suivent juste derrière Londres (3e), Séoul (4e) et Melbourne (5e).

Vue du campus de l’Université McGill, à Montréal
Vue du campus de l’Université McGill, à Montréal © iStock

Le classement des meilleures villes étudiantes du monde, publié pour la cinquième année, accorde la première place à la seconde ville en importance au Canada, alors que la capitale française était sur la première marche du podium depuis quatre ans.

Au moins 18 000 étudiants ont répondu à des questions sur leurs perceptions des plus grandes villes universitaires quant à l’accessibilité à l’art et à la culture, aux sorties étudiantes, aux transports ou encore à la possibilité d’être embauché.

Paris obtient 83 points dans cette dernière catégorie, tandis que Montréal en a 97.

Montréal est également reconnue comme la « ville la plus intelligente du monde », selon QS, en raison du développement de son industrie de l’intelligence artificielle.

D’autres villes canadiennes au palmarès de QS ont également amélioré leur classement, dont Vancouver qui s’est hissé dans le top 10.

Nouveau campus de l’Université de Montréal
Nouveau campus de l’Université de Montréal © Maxime Coutié

Les universités américaines paient le prix

Les villes américaines souffrent du coût de la vie et des droits de scolarités élevés. Ainsi, 10 des 12 villes américaines reculent au classement. Boston arrive tout de même au 8e rang.

Les villes australiennes ont toutes reculé au classement pour les mêmes raisons que les villes américaines. Sydney a notamment chuté du 4e au 13e échelon pendant que Melbourne est passée du 2e au 5e rang.

Un étudiant universitaire sur 10 au Canada vient de l’étranger

Une étudiante étrangère © Radio Canada

Il y a plus de 100 000 étudiants étrangers au Canada, une mine d’or pour le pays.

C’est 10 % de tous les étudiants universitaires au Canada.

Cette internationalisation des universités canadiennes est une véritable mine d’or en retombées économiques.

Les étudiants étrangers génèrent des retombées économiques de 8 milliards de dollars en frais de scolarité, en frais d’hébergement et en dépenses discrétionnaires.

Plus du tiers des étudiants étrangers au Québec sont d’origine française.

Découvrez :
La peur de Trump fait le bonheur des universités canadiennes 
Des universités canadiennes, du Québec à la Colombie-Britannique, en passant par l’Ontario et l’Alberta ont reçu un nombre record de demandes d’inscription et ont constaté une explosion du trafic sur leurs sites Internet aux États-Unis depuis la victoire de Dobald Trump.

Donald Trump
Donald Trump © Manuel Balce Ceneta

RCI avec Radio-Canada et QS

Sur le même thème

Voici la 4e meilleure vidéo de recrutement des universités au monde – RCI 

Les universités les plus internationales du Canada – RCI 

Doubler nos étudiants étrangers en huit ans : mission impossible? – RCI 

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Éducation, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*