La maltraitance des animaux est dénoncée par l'organisme Last Chance for Animals / © iStock

La maltraitance des animaux est dénoncée par l'organisme Last Chance for Animals / © iStock
Photo Credit: iStock

Faire de la recherche sans maltraiter les animaux!

Un laboratoire de recherche canadien, accusé d’avoir frappé des chiens et des singes dans le cadre de ses travaux, fait l’objet de poursuites de Last Chance for Animals, un organisme spécialisé dans l’élimination de l’exploitation animale par l’éducation, les enquêtes, le développement de législations et des campagnes de sensibilisation du public.

Quatre mois d’enquête

Son enquête s’est déroulée en 2016 dans les locaux d’International Toxicology Research Canada (ITR), à Baie-d’Urfé, dans la région de Montréal.

Le rapport qui vient d’être publié fait état de plusieurs cas de maltraitance animale.

Selon ce rapport commenté par Sayara Thurston, la porte-parole de Last Chance for Animals, les auteurs de cette maltraitance ont bafoué les lois québécoises et canadiennes sur le bien-être et la sécurité des animaux, tout comme la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.

Plusieurs groupes d’animaux auraient ainsi été maltraités, dont des chiens, des chats, des singes et des souris.

Écoutez

Voici quelques-uns des supplices qu’auraient subis ces animaux :

Possibles cas de maltraitance sur différents groupes d,animaux dont des singes dans un laboratoire de recherche au Québec
Possibles cas de maltraitance sur différents groupes d,animaux dont des singes dans un laboratoire de recherche au Québec © iStock
  • jetés, frappés, suspendus par les oreilles ou les membres;
  • soumis à des procédures douloureuses et angoissantes à la vue d’autres animaux ;
  • retenus dans des espèces de cages pendant plus de neuf mois, sans possibilité d’exercice et de socialisation avec les humains ou d’autres animaux; 
  • tués par la suite;
  • confinés sans literie appropriée ou une zone sèche et plate pour se reposer.
  • exposés à de forts bruits et à des niveaux nocifs de gaz avec pour conséquence l’accumulation d’urine et de matières fécales derrière les cages;
  • suffocation jusqu’à la mort

Décrivant le cas particulier de Grâce, le singe #2502, Last Chance for Animals mentionne qu’elle « souffre du stress d’être enfermée et de la douleur causée par des études comme le gavage, où un tube est enfoncé dans sa gorge et les produits chimiques poussés dans son estomac. Et qu’elle présentait des comportements stéréotypiques sévères la plupart des fois où elle était observée et une grande plaque sans poils. Ce qui est attribué par des spécialistes au stress ».

Une plainte officielle

Last Chance for Animals annonce qu’il a déposé une plainte officielle auprès du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, du ministère des Forêts et du ministère des Ressources naturelles afin que des actions concrètes soient prises contre ces types de pratiques malsains à l’encontre des animaux.

Sayara Thurston souligne qu’il est important de se servir de l’innovation et des méthodes moins coûteuses et plus efficaces pour la réalisation de tests scientifiques, afin de préserver la vie et la santé des animaux mises en péril dans le cadre des travaux de recherche.

Elle abonde dans le sens du directeur des enquêtes de Last Chance for Animals, Adam Wilson, qui a observé que « frapper des chiens, brutaliser des singes et brûler le dos de cochons avec des substances toxiques est illégal, même quand c’est fait au nom de la science ».

Mots-clés : , , ,
Publié dans : Environnement, Santé, Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour “Faire de la recherche sans maltraiter les animaux!
  1. Rene Albert dit :

    Il est grand temps qu’on ferme en permanence ces centres de recherche degoutants!!!