Une jeune fille malentendante apprend le langage des signes

Une jeune fille malentendante apprend le langage des signes
Photo Credit: JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP

L’éducation ne représente pas toujours une porte ouverte pour les personnes à besoins particuliers

Share

À l’école, les personnes à besoins particuliers du Canada se heurtent à des obstacles et difficultés considérables, conclut la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP) dans un rapport publié récemment. Intitulé Négligés : difficultés vécues par les personnes handicapées dans les établissements d’enseignement du Canada, le document révèle qu’à travers le Canada, ces personnes n’ont pas droit à une éducation de qualité, ce qui les empêcherait de se tracer un chemin vers la réussite dans le marché du travail.

« L’éducation devrait normalement représenter une porte ouverte sur le monde pour les personnes handicapées, malheureusement elles se frappent à un mur la plupart du temps », déclare Marie-Claude Landry, présidente de la Commission. « Comment pouvons-nous espérer que les personnes handicapées fassent leur chemin et réussissent dans le marché du travail si nous ne leur donnons pas d’abord l’éducation de qualité à laquelle elles ont droit? »

Toujours selon la Commission, la discrimination et l’exclusion des personnes handicapées en emploi sont reconnues depuis longtemps comme étant parmi les problèmes les plus courants en matière de droits de la personne. Mais ce qui ne fait qu’empirer les choses, c’est que les obstacles sont déjà présents dès l’école, et ce, partout au Canada.

« Quand je suis allée au Yukon l’an dernier, j’ai vu de mes yeux ce que vivaient les élèves handicapés », ajoute Mme Landry. « Dans des communautés nordiques isolées, il arrive qu’une personne handicapée ne puisse même pas choisir d’étudier ou non, simplement parce qu’il n’y a pas de services d’aide lui permettant d’aller à l’école. Nous pouvons et devons faire mieux pour les personnes handicapées au Canada, tant de la génération actuelle que des suivantes, aussi bien dans les communautés éloignées qu’en milieu urbain. »

Éducation et handicap ©ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images

L’étude de la CCDP se base en partie sur l‘Enquête canadienne sur l’incapacité de 2012. Celle-ci avait conclu à l’époque que la réalité des jeunes à besoins particuliers était difficile, particulièrement en ce qui concernait les aspects suivants :

  • Intimidation : Plus du quart des personnes handicapées disent avoir vécu de l’intimidation à l’école en raison de leur handicap.
  • Exclusion : 35 % des personnes handicapées au Canada déclarent avoir été tenues à l’écart ou exclues à l’école en raison de leur handicap.
  • Nombre réduit de cours : 37 % des personnes handicapées au Canada disent suivre moins de cours en raison de leur handicap.
  • Interruption des études : 11 % des personnes handicapées disent mettre fin à leurs études plus tôt qu’elles le voudraient en raison de leur handicap.

Le rapport de la Commission fait mention du manque de mesures d’aménagement et de soutien en fonction du handicap, du manque de services et de fonds, de même que de très nombreux cas d’intimidation et d’exclusion. Selon cette étude, les personnes à besoins particuliers vivant dans des régions éloignées ou dans des réserves des Premières Nations sont confrontées à des situations encore plus difficiles que celles qui vivent dans des zones urbaines. Elles se heurtent aux mêmes obstacles, mais elles doivent composer en plus avec un manque de services d’éducation spécialisée et des mécanismes de résolution des différends qui ne sont pas efficaces. 

Handicap au Canada 

Environ 3,8 millions de Canadiens adultes ont déclaré être limités dans leurs activités quotidiennes à cause d’une incapacité en 2012, soit 13,7 % de la population adulte.

Par ailleurs, plus de 11 % des adultes canadiens ont éprouvé un des trois types d’incapacité les plus répandus : douleur, mobilité ou flexibilité. Parmi ceux qui ont fait état d’au moins un de ces types d’incapacité en 2012, plus de 40 % ont éprouvé les trois types en même temps.

En ce qui concerne les troubles mentaux/psychologiques, 3,9 % des adultes canadiens en ont vécu de façon permanente ou temporaire en 2012. Pour ce qui est des incapacités liées à la dextérité, le pourcentage est de 3,5; les incapacités liées à l’ouïe, 3,2 %; les incapacités liées à la vision, 2,7 %; enfin, les troubles de la mémoire et les troubles d’apprentissage 2,3 % dans chaque cas. Moins de 1 % des adultes canadiens ont fait état d’un trouble du développement.

Radio Canada International avec la Commission canadienne des droits de la personne et Statistiques Canada. 
Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Éducation, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*