Un homme parle au téléphone en marchant

Un homme parle au téléphone en marchant
Photo Credit: JEWEL SAMAD/AFP/Getty Images

Les téléphones cellulaires les plus populaires ne respectent pas les normes de sécurité canadiennes – Enquête de CBC

Share

Vendredi dernier, le 24 mars 2017, l’émission de télévision du réseau anglais de Radio-Canada, CBC Marketplace, a révélé qu’en testant les trois principales marques de cellulaire – Apple, Samsung et LG -, les journalistes avaient constaté que toutes les normes canadiennes de sécurité échouaient lorsque les appareils étaient pressés contre la peau de l’utilisateur. Cela signifie qu’aucun d’entre eux n’est sûr si vous le touchez en cours d’utilisation. 

Les réactions au reportage ont été nombreuses, mais la plus forte a été exprimée par Frank Clegg, chef de la direction de Canadian for Safe Technology (C4ST) et ancien président de Microsoft Canada. À son avis, le gouvernement fédéral devrait avertir la population canadienne que les téléphones cellulaires testés tels qu’ils sont utilisés par les Canadiens – contre la peau – ont échoué aux normes de sécurité de Santé Canada, mais sont toujours en vente.

«Les Canadiens ont le droit de savoir que les téléphones cellulaires que nous achetons dans nos magasins ne sont pas sécuritaires lorsqu’ils sont testés correctement», a déclaré Frank Clegg, qui consacre maintenant son temps à la défense de l’utilisation sécuritaire de la technologie sans fil.

L’enquête de la télévision de CBC, diffusée le vendredi 24 mars, a exposé les liens scientifiques entre le rayonnement électromagnétique des cellulaires et le cancer du cerveau ainsi que le cancer du sein et l’infertilité.

Plusieurs téléphones intélligents
Plusieurs téléphones intélligents © PHILIPPE HUGUEN/AFP/Getty Images

«Ce qui est le plus embarrassant dans cette enquête, dit Clegg, c’est que le gouvernement fédéral sait déjà que les fabricants ont des avertissements sur les téléphones cellulaires. Si les fabricants savent qu’ils ne respectent pas les normes de sécurité, si le gouvernement fédéral le sait, si notre radiodiffuseur national le sait, il ne devrait pas être tenu secret de la personne qui achète le produit.»

En 2015, dans un rapport intitulé «Le rayonnement électromagnétique de radiofréquences et la santé des Canadiens», le Comité parlementaire de la santé a recommandé que le gouvernement fédéral aide à sensibiliser les médecins aux dangers potentiels des téléphones cellulaires et du WiFi.

Santé Canada a répondu aux recommandations du comité. Selon l’agence gouvernementale, les données sont loin d’être concluantes, et il est nécessaire d’approfondir la recherche pour clarifier ce lien « possible » avec certains types de cancer.

«Étant donné l’incertitude liée à l’utilisation intensive et à long terme des téléphones cellulaires, Santé Canada a émis un avis de précaution, semblable à celui du CIRC, à l’intention des utilisateurs de téléphones cellulaires, énonçant les façons pratiques de réduire l’exposition aux CEM-RF de ces appareils. »

Le gouvernement du Canada a aussi expliqué qu’il finançait la recherche scientifique liée à la santé principalement par l’intermédiaire des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). À titre d’exemple, Santé Canada a mentionné des chercheurs de l’Université Western de London, en Ontario, qui dirigent deux importantes enquêtes multidisciplinaires sur l’effet des champs électromagnétiques de faible intensité et de forte intensité, des éléments variables dans le temps, sur l’activité cérébrale et le comportement physique.

Par l’entremise des IRSC, poursuit Santé Canada, «le gouvernement du Canada collabore également avec ses partenaires afin d’éviter le chevauchement inutile des efforts et de coordonner la recherche à l’échelle internationale.» Par exemple, les IRSC se sont associés à l’Association canadienne des télécommunications sans fil pour financer la participation du Canada à l’étude MOBI-Kids (site en anglais seulement). Dirigée par l’Université d’Ottawa en collaboration avec la British Columbia Cancer Agency et Action Cancer Ontario, cette étude internationale vise à évaluer le lien potentiel entre l’utilisation des appareils de communication et d’autres facteurs de risque environnementaux, et les tumeurs du cerveau chez les enfants et les jeunes.

Pour C4ST et son directeur Frank Clegg, cette réponse n’est pas suffisante. De plus, la réplique présente la position du gouvernement de l’époque, dirigé par le Parti conservateur, et non celle du gouvernement actuel, dirigé par le Parti libéral de Justin Trudeau.

«C’est une autre grande chance pour notre gouvernement de diriger le monde et de demander aux compagnies de téléphones portables d’avoir des instructions évidentes et lisibles pour que les gens ne gardent pas les appareils à côté de leur tête ou dans leur poche ou leur soutien-gorge. C’est ce que tout le monde qui possède un téléphone cellulaire mérite de savoir», a déclaré Clegg.

Pour regarder le reportage (en anglais) de l’émission Marketplace :

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les téléphones cellulaires les plus populaires ne respectent pas les normes de sécurité canadiennes – Enquête de CBC»
  1. Ridicule. J’aimerais voir une preuve que les ondes radio causent des problèmes de santé autre que les distractions, qui, elles, causent des accidents nombreux.