Une cinquantaine d’étudiants autochtones de l’Université du Manitoba ont écouté le président de l’Université présenter des excuses à la Commission de vérité et réconciliation.

Une cinquantaine d’étudiants autochtones de l’Université du Manitoba
Photo Credit: Philippe Dion

Plus de financements pour les étudiants postsecondaires des Premières Nations et inuits

Les étudiants des Premières Nations et Inuits seront davantage soutenus dans le cadre de leurs études postsecondaires. Les ressources supplémentaires du gouvernement fédéral visent avant tout à leur donner les mêmes chances de réussite que les étudiants non autochtones sur le plan socioprofessionnel.

90 millions de dollars sur deux ans

Les étudiants autochtones comme ceux des autres communautés racialisées et les immigrants du Canada sont le plus souvent confrontés à la pauvreté qui compromet leurs efforts de scolarisation au niveau postsecondaire, les obligeant soit à abandonner leurs études ou à s’endetter lourdement.

La ministre des Affaires autochtones Carolyn Bennett
La ministre des Affaires autochtones Carolyn Bennett © CBC

En face d’une situation maintes fois décriée par les concernés et l’association qui défend les droits des étudiants à l’échelle du pays, le gouvernement libéral à Ottawa a décidé d’augmenter les ressourcés allouées à la formation, en ciblant prioritairement les étudiants des Premières Nations et inuits, conformément à ses engagements lors de la campagne électorale.

C’est ainsi que la ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, a annoncé que les investissements prévus dans le budget 2017 du gouvernement fédéral permettront d’accroître les fonds affectés au Programme d’aide des étudiants du niveau postsecondaire.

Ces investissements sont chiffrés à 90 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2017-2018. Les étudiants pourront ainsi subvenir plus aisément à certains de leurs besoins en première ligne, notamment payer leurs frais de scolarité, acheter leurs fournitures scolaires, leurs titres de transport ou assurer leur subsistance.

« L’éducation est une clé qui ouvre de nombreuses portes et qui permet d’atteindre de meilleurs résultats pour la santé et l’économie. Nous sommes déterminés à améliorer l’accès à l’éducation postsecondaire  pour les étudiants autochtones et à leur offrir le soutien dont ils ont besoin pour réussir. En investissant dans les étudiants autochtones, nous investissons dans un avenir brillant pour le Canada. » – Carolyn Bennett, ministre des Affaires autochtones et du Nord

 une vingtaine de jeunes de la Nation Nishnawbe Aski autour du premier ministre du Canada, Justin Trudeau
une vingtaine de jeunes de la Nation Nishnawbe Aski autour du premier ministre du Canada, Justin Trudeau © Nation Nishnawbe Aski/Twitter (Archives)

Des besoins financiers importants pour une jeunesse en pleine croissance

Les étudiants autochtones se retrouvent pris en étau entre absence de programmes en adéquation avec leurs réalités et leurs cultures, et insuffisance de ressources financières pour leur permettre une meilleure scolarisation, ce qui plombe toute possibilité d’avancement, d’emploi et de contribution à la croissance économique dans leurs collectivités et dans l’ensemble du Canada.

Certes, les programmes d’études destinés à ces étudiants ont augmenté de 33 % entre 2013 et 2015, mais moins de 10 % de personnes de ces communautés, âgées de 24 à 64 ans, ont un diplôme universitaire, contre plus de 26 % des Canadiens non- autochtones.

Conscient de cette situation , le gouvernement fédéral a prévu, dans son budget actuel, la somme de 340 millions de dollars pour soutenir 23 000 étudiants autochtones du niveau postsecondaire (de tous âges). 

Les ressources supplémentaires de 90 millions de dollars annoncées par le ministre des »Affaires autochtones et du Nord viennent s’ajouter à cette somme et elles ne permettront de venir en aide qu’à 4300 étudiants.

Dans un contexte où 650 000 jeunes autochtones ont moins de 25 ans et seront bientôt concernés par le Programme d’aide des étudiants au niveau postsecondaire, le défi demeure énorme pour les responsables fédéraux en ce qui concerne l’appui à leur scolarisation.

Le soutien actuel représente néanmoins un pas important pour faciliter la tâche aux étudiants du niveau universitaire qui auront de meilleures chances sur le marché de l’emploi.

Le gouvernement entreprendra aussi, en partenariat avec ses homologues autochtones, un examen exhaustif et conjoint de l’ensemble des programmes fédéraux actuels qui soutiennent les étudiants autochtones souhaitant poursuivre des études postsecondaires. Cet examen aura pour but de vérifier si ces programmes répondent aux besoins des étudiants tout en favorisant la fréquentation d’un établissement postsecondaire et l’obtention d’un diplôme ou d’une qualification.

RCI avec CNW,  Affaires autochtones et du Nord Canada

Mots-clés : , ,
Publié dans : Autochtones, Éducation, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*