Des fruits et légumes colorés

Des fruits et légumes colorés
Photo Credit: Sean Gallup/Getty Images

La majorité des Canadiens mange bien, mais l’insécurité alimentaire touche toujours une partie de la population

Selon le premier Bilan comparatif de l’alimentation au Canada 2016 : Rendement des provinces a été préparé par l’Observatoire canadien de l’alimentation du Conference Board du Canada, qui évalue le rendement des systèmes alimentaires et des secteurs de l’alimentation des provinces, sur le plan de la sécurité alimentaire des ménages, la Saskatchewan, l’Alberta, le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador obtiennent la note globale de « A ».

Le document conclut que la plupart des Canadiens sont en état de sécurité alimentaire et ont peu de difficultés à se procurer des aliments à des prix abordables. Toutefois, environ quatre millions de Canadiens vivent en état d’insécurité alimentaire. Ce problème touche tout particulièrement les familles monoparentales, les Autochtones et les ménages à faible revenu.

« La majorité des Canadiens, en tant qu’habitants d’un pays développé, ont à leur disposition des aliments sûrs, nutritifs, abordables et accessibles à tous, produits selon des méthodes durables d’un point de vue environnemental », affirme Jean-Charles Le Vallée, directeur associé du Centre pour l’alimentation du Conference Board du Canada. « Le bilan comparatif de l’alimentation met en évidence les secteurs où les provinces font un bon travail, mais, surtout, il fait ressortir les secteurs qui nécessitent des améliorations. »

C’est en Nouvelle-Écosse et en Saskatchewan qu’on trouve la plus grande proportion de familles monoparentales dont les enfants vivent dans un état d’insécurité alimentaire modérée à grave, tandis que l’insécurité alimentaire des enfants est la plus forte à l’Île-du-Prince-Édouard. C’est dans cette province aussi que les denrées coûtent le plus cher. Près de 10 % de la population s’est plainte de ne pas pouvoir s’offrir des repas équilibrés ou de manquer de nourriture, n’ayant pas l’argent nécessaire pour s’en acheter davantage. Le bilan révèle également que les ménages de la Colombie-Britannique et de l’Ontario sont les plus vulnérables aux crises alimentaires, et que c’est au Manitoba et à Terre-Neuve-et-Labrador qu’on a le plus recours aux banques alimentaires.

Une bénévole travaille dans une banque d'aliments. Le nombre de personnes ayant recours à une banque alimentaire au Canada a considérablement augmenté dans les dernières 5 années.
Une bénévole travaille dans une banque d’aliments. Le nombre de personnes ayant recours à une banque alimentaire au Canada a considérablement augmenté dans les dernières 5 années. © CBC

Le document présente des données et des analyses pour cinq catégories :

  • la prospérité de l’industrie;
  • la saine alimentation;
  • la salubrité alimentaire;
  • la sécurité alimentaire des ménages;
  • la durabilité environnementale.

La Colombie-Britannique et le Québec arrivent en tête du classement des provinces dans la catégorie de la saine alimentation, tandis que Terre-Neuve-et-Labrador se classe bonne dernière. En effet, cette province reçoit un « D » pour la majorité des indicateurs utilisés pour évaluer les maladies chroniques et les problèmes de santé liés à l’alimentation. Elle affiche le plus haut taux de diabète de type 2, d’obésité et d’hypertension diagnostiquée et de prévalence de maladies gastro-intestinales. Beaucoup de Canadiens dans l’ensemble des provinces consomment plus de calories et de sodium que nécessaire et pas assez de fruits et légumes, de poisson et de fruits de mer. Par conséquent, la plupart des provinces obtiennent un « D » à ces quatre indicateurs.

Fait positif, par contre : l’alimentation des Canadiens de toutes les provinces contient moins ou à peine plus que la limite de l’apport énergétique quotidien recommandé provenant de sucres ajoutés et de gras saturés.

Radio Canada International avec l'Observatoire canadien de l'alimentation du Conference Board du Canada
Mots-clés : ,
Publié dans : Consommation, Économie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*