Les 17 finalistes pour le poste d’astronaute canadien !

Les 17 finalistes ce printemps pour le poste d’astronaute canadien !
Photo Credit: ASC

Les deux nouveaux astronautes canadiens sont deux Albertains : Jenni Sidey et Joshua Kutryk

Share

Les Albertains Jennifer Sidey et Joshua Kutryk sont les nouveaux astronautes de l’Agence spatiale canadienne (ASC). Jennifer Sidey et Joshua Kutryk ont été sélectionnés après un processus d’évaluation d’une durée d’un an et à partir d’une liste inititiale de plus de 3 700 candidats.

Le premier ministre Justin Trudeau a dévoilé leur identité samedi, devant une foule imposante à l’occasion des célébrations de la fête du Canada sur la colline du Parlement.

Née à Calgary, Jennifer Sidey est une ingénieure qui a fait ses études à l’Université McGill, à Montréal, et à l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, où elle était chargée de cours avant d’être recrutée comme astronaute.

Le lieutenant-colonel Joshua Kutryk, né à Fort Saskatchewan, en Alberta, a étudié au Collège militaire royal du Canada, à Kingston, en Ontario, ainsi qu’en Floride et en Alabama. Avant d’être recruté dans le Programme spatial canadien, il était pilote d’essai expérimental et pilote de chasse à Cold Lake, en Alberta, et pilote de CF-18 à Bagotville, au Québec.

Jennifer Sidey a évoqué sur scène le legs des deux seules femmes astronautes canadiennes avant elle, Roberta Bondar et Julie Payette, alors qu’elle fait à son tour son entrée dans des cohortes qui ont été très majoritairement formées d’hommes au fil des ans.

 Les Albertains Jenni Sidey et Joshua Kutryk Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne


Les Albertains Jenni Sidey et Joshua Kutryk
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

Excités et inspirés

Jennifer Sidey a affirmé à la foule samedi venue célébrer le 150e anniversaire du Canada qu’elle avait songé à devenir astronaute en 1992 lorsque Roberta Bondar s’est rendue dans l’espace à bord de la navette Discovery. Elle a souligné avoir eu l’occasion d’assister à un discours à Calgary de la première femme astronaute au Canada.

« Je me souviens avoir porté mon regard sur elle, excitée à l’idée de devenir une scientifique, étant une Canadienne et ayant la chance d’explorer des endroits au-delà de notre monde », a-t-elle déclaré.

« Je suis reconnaissante d’avoir eu ce modèle et ce souvenir rend si vibrant ce moment », a ajouté la jeune femme qui célébrera son 29e anniversaire en août.

Joshua Kutryk, âgé de 35 ans, a dit être honoré de se joindre à l’Agence spatiale canadienne.

« Tout au long de la campagne de recrutement, Jenny et moi avons rencontré des Canadiens merveilleux, scientifiques, médecins, ingénieurs, et des pilotes comme moi. Il y a tant de talent dans ce pays », a-t-il affirmé.

« Je repose sur les épaules des grands astronautes canadiens avant moi ; ils m’inspirent à être le meilleur que je puisse être », a aussi déclaré le nouvel astronaute canadien.

Le saviez-vous?
– Dix-sept finalistes, dont trois Québécois, avaient été retenus ce printemps par l’Agence spatiale canadienne (ASC) pour passer au dernier tour de son processus de recrutement de nouveaux astronautes.
– Depuis la formation du premier corps d’astronautes canadiens en 1983, le Canada a recruté 12 astronautes au cours de trois campagnes.

L’astronaute canadien Steve Maclean
L’astronaute canadien Steve Maclean © NASA

Entraînement de deux ans

Ces nouveaux astronautes rejoindront les deux autres membres de l’équipe, Jeremy Hansen et David Saint-Jacques — un Québécois qui séjournera d’ailleurs dans la Station spatiale internationale en novembre 2018.

Jennifer Sidey et Joshua Kutryk déménageront à Houston ce mois-ci pour amorcer le programme d’entraînement de deux ans pour les candidats astronautes. Le programme donne des instructions sur les systèmes à bord de la Station spatiale internationale et sur bon nombre d’autres éléments allant des sorties extra-véhiculaires à la formation à la survie, en passant par des cours de russe.

Les deux astronautes seront accueillis officiellement, mardi, aux bureaux de l’Agence spatiale canadienne à Longueuil.

En avril dernier, le ministre fédéral de l’Innovation, Navdeep Bains, avait dévoilé les noms des 17 aspirants astronautes. Trois Québécois figuraient sur la courte liste des candidats.

Les Québécois Charles-Philippe Lajoie, originaire de Rouyn-Noranda, ainsi qu’Evan Alexander Beirne Thomas et Andréane Vidal, de Montréal, s’étaient qualifiés pour la dernière étape du processus de sélection.

Au début du processus de recrutement de l’ASC, en juin 2016, 3772 personnes avaient présenté leur candidature. La liste a ensuite été réduite à 72, puis à 32, et finalement à 17 aspirants.

L’astronaute québécois David Saint-Jacques pendant un entraînement de la NASA à Houston au Texas.

L’astronaute québécois David Saint-Jacques pendant un entraînement de la NASA à Houston au Texas.

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Trois Québécois parmi les 17 finalistes aspirants astronautes canadiens – RCI

Cet astronaute sera-t-il le premier Canadien à nous offrir la Lune? – RCI

Le rôle de « super modèle » du « super héros » et astronaute canadien Chris Hadfield – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*