L’hôpital La Providence des Gonaïves n’est pas facilement accessible.
Photo Credit: Chang Hung Yuan

Haïti : bilan dévastateur pour un hôpital financé par le Canada

Selon un rapport obtenu par Radio-Canada, l’hôpital La Providence aux Gonaïves éprouve une panoplie de problèmes de gestion, de manque de personnel et d’équipement et de corruption.

Financé par le Canada et inauguré en 2014, ce nouvel hôpital a du mal à atteindre sa cible.

Construit au coût de 30 millions de dollars, alors que les conservateurs de Stephen Harper étaient au pouvoir, l’établissement n’offrait que le tiers des services sur une base quotidienne à l’automne 2016.

Une des raisons les plus frappantes, le manque de personnel et sa rétention, ainsi que l’absentéisme.

C’est en vertu de la Loi sur l’accès à l’information que Radio-Canada a pu prendre connaissance d’un rapport indépendant commandé par Affaires mondiales Canada.

Il faudrait à cet hôpital pas moins de 270 employés de plus pour offrir les services cliniques, administratifs et de soutien. L’hôpital La Providence est en manque de 41 médecins, dont 37 spécialistes.

L’établissement devait contribuer à améliorer la santé des femmes et des enfants dans le département de l’Artibonite.

Et pourtant, un an après son ouverture, seulement 46 % des postes avaient été pourvus en obstétrique et en gynécologie.

Installations de l’hôpital La Providence des Gonaïves en Haïti. © Lisandra Lannes

L’accès à l’hôpital est difficile, car il a été construit à l’extérieur des limites de la ville où les transports publics ne sont pas accessibles.

Le bureau de la ministre fédérale du Développement international, Marie-Claude Bibeau, parle plutôt de problèmes systémiques du secteur de la santé en Haïti.

« Nous encourageons […] le gouvernement d’Haïti à accroître le financement en santé, à se doter d’une stratégie nationale réaliste et pérenne pour répondre aux enjeux systémiques de ce secteur. »

Un projet qualifié d’éléphant blanc

L’hôpital La Providence est décrit par certains fonctionnaires haïtiens et canadiens comme un « éléphant blanc ».

Cependant, ils croient qu’il n’est pas trop tard et qu’on pourrait renverser la tendance.

L’hôpital original des Gonaïves a été détruit lors d’ouragans survenus en 2008. Le projet de construction du nouvel établissement a été lancé sous le gouvernement Harper en 2010. Il est le plus important dans une région qui englobe plus de 2,5 millions de personnes.

Selon un texte de Louis Blouin (Radio-Canada Nouvelles)

En complément

Article exclusif de Louis Blouin : L’hôpital La Providence, « l’éléphant blanc » du Canada en Haïti (Radio-Canada Nouvelles)

Projet d’appui à la gestion de l’hôpital La Providence des Gonaïves (Unité de santé internationale)

Le Canada salue l’inauguration de l’hôpital départemental aux Gonaïves (Ambassade du Canada en Haïti (2014)

Mots-clés : , , ,
Publié dans : International, Politique, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour “Haïti : bilan dévastateur pour un hôpital financé par le Canada
  1. Rene Albert dit :

    Ca commence a etre vraiment embarassant! Les aider financierement m’apparais l’equivalent de jeter notre argent a l’eau considerant la corruption et incompetence de Haiti.

    Et ca fais des decennies que ca dure…