Une personne en fauteuil roulant

Une personne en fauteuil roulant
Photo Credit: iStock

Passer une journée dans un fauteuil roulant en signe de compassion avec ceux qui y sont cloués

Une initiative mondiale, nommée journée du changement, qui vise à promouvoir l’amélioration des soins de santé dits de compassion, s’étend également au Canada. En Ontario, cette initiative vient d’être lancée à l’attention des intervenants du système de santé pour les inciter à prendre des mesures positives pour améliorer les soins de compassion aux patients.

La santé grâce à l’amélioration des soins de compassion

Les soins de compassion englobent tous les processus d’amélioration des soins aux patients dans le système de santé.

La journée du changement vise à inciter les professionnels à avoir une vision positive de la santé et à faire les changements nécessaires à l’optimisation de la qualité des soins administrés aux malades dans les hôpitaux.

Ils doivent faire des promesses dans ce sens et prendre toutes les mesures adéquates.

Sportif en fauteuil roulant
Sportif en fauteuil roulant © Reuters/Sergio Moraes

À compter d’aujourd’hui, jusqu’au 17 novembre, toute personne qui intervient dans le système de santé est invitée à participer en faisant une promesse, comme passer une journée dans un fauteuil roulant pour en faire l’expérience ou apprendre aux personnes âgées à utiliser les médias sociaux pour atténuer leur isolement et leur dépression.

Une initiative européenne saluée dans le monde

La journée du changement a vu le jour au Royaume-Uni en 2013, à l’initiative d’un groupe de jeunes médecins, dont la Dre Helen Bevan.

Elle s’est donné comme mission d’exploiter, de manière constructive, l’énergie collective, la créativité et les idées de milliers de personnes, à des fins d’amélioration de la santé humaine.

Cette journée se répand rapidement sur la planète, compte tenu des enjeux, notamment en matière de santé et de bien-être social pour les personnes dans le besoin. Des pays comme l’Australie, l’Irlande du Nord, les Pays-Bas, la Finlande, les États-Unis, l’Écosse, le pays de Galles, la Nouvelle-Zélande, la Jordanie et l’Inde l’ont adoptée dans le but de transformer leurs systèmes de santé.

Qui peut participer et quelles promesses peuvent être faites ?
Change Day (journée du changement) est un mouvement mondial qui permet aux individus et aux équipes de faire des promesses et de prendre des mesures, grandes ou petites, afin de réaliser des améliorations collectives avec un grand impact. Toute personne engagée dans le secteur de la santé, qu’il s’agisse d’un bénévole, d’un clinicien ou d’un membre du personnel, est invitée à participer en faisant des promesses. Les patients et les familles qui interagissent avec le système peuvent également y participer. Passer une heure dans un lit de soins intensifs pour obtenir des connaissances sur l’expérience du patient; en savoir plus sur le diabète pour mieux comprendre les impacts personnels et sociaux de la maladie; se présenter par son nom aux patients, aux résidents ou aux clients; avoir le sourire… – Ce sont des gestes qui peuvent paraître petits, mais qui peuvent améliorer positivement l’expérience d’un patient parce qu’ils viennent éclairer sa journée.

Cette journée est arrivée récemment au Canada, et elle s’intègre progressivement en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et en Ontario.

En Ontario, la journée est placée sous le parrainage de l’Associated Medical Services et de Qualité des services Ontario.

« Les travailleurs de la santé sont la clé de voûte du système de santé. Ils savent quels changements doivent être apportés pour favoriser la prestation de soins de compassion centrés sur la patiente ou le patient, et améliorer leur cadre de travail. » – Gail Paech, directrice générale d’Associated Medical Services. 

RCI avec des informations de l’Associated Medical Services et Qualité des services Ontario

À lire aussi :

Aider à l’amélioration de la santé mentale au Canada

Des défenseurs de la santé réclament une refonte du Guide alimentaire canadien

OCDE : que le patient (re)devienne la priorité des systèmes de santé

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*