On voit un groupe de filles souriantes

Cette photo a été tirée du site officiel de ONU Femmes
Photo Credit: ©ONU Femmes/Gustavo Stephan

Les Nations unies font un appel à l’autonomisation des filles

Le monde compte aujourd’hui 1,1 milliard de filles qui, malgré des changements importants dans le monde, continuent de vivre des situations difficiles, parfois horribles, hors de leur contrôle. En effet, selon l’ONU :

  • Toutes les 10 minutes, une adolescente meurt, victime de violence, quelque part dans le monde.
  • Dans des régions vivant une crise humanitaire, la violence s’aggrave souvent et soumet les filles à la violence sexuelle et physique, au mariage précoce, à l’exploitation et à la traite.
  • Les adolescentes vivant dans les zones de conflits sont 90 % plus susceptibles de ne pas être scolarisées, en comparaison avec les adolescentes des pays en paix.

Cette situation compromet leurs perspectives d’avenir en matière d’emploi et d’indépendance financière à l’âge adulte.

Sous le thème « Autonomisation des filles : avant, pendant et après une crise » on célèbre ce mercredi 11 octobre la Journée internationale des filles dans le monde.

Le 19 décembre 2011, l’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré dans la résolution 66/170 le 11 octobre Journée internationale de la fille, afin de reconnaître les droits des filles et les obstacles particuliers auxquels elles se heurtent de par le monde. La Journée internationale de la fille met l’accent sur la nécessité de relever les défis auxquels sont confrontées les filles et de promouvoir l’autonomisation des filles et le respect de leurs droits de l’homme.

Au Canada, bien que la situation de filles ne puisse pas être comparée à celle des régions vivant une crise humanitaire, on ne peut dire qu’elle soit idéale. Selon la Fondation canadienne des femmes, les filles entre 13 et 15 ans continuent d’être une tranche de la population particulièrement vulnérable.

  • En 2008, plus de 11 000 agressions sexuelles perpétrées à l’endroit de filles de moins de 18 ans ont été signalées à la police au Canada. Étant donné que seulement 10 % de tous les incidents sont rapportés à la police, le nombre réel est beaucoup plus élevé;
  • les filles affichent un taux de violence sexuelle beaucoup plus élevé que celui des garçons : 82 % de toutes les victimes d’infractions sexuelles de moins de 18 ans sont des filles;
  • les adolescentes de 13 à 15 ans présentent le risque le plus élevé de victimisation sexuelle;
  • lorsque les filles sont agressées sexuellement, l’agresseur est une personne connue de la victime dans 75 % des cas : un tiers des victimes sont agressées par un membre de la famille.
  • Quatre-vingt-dix-sept pour cent des auteurs de violence sexuelle sont de sexe masculin : un père, un frère, un grand-père, un oncle, un cousin ou un beau-père;
  • le taux d’infractions sexuelles aux mains des membres de la famille est quatre fois plus élevé chez les filles que chez les garçons;
  • environ 75 % des jeunes filles autochtones de moins de 18 ans ont été victimes d’agressions sexuelles;
  • Plus de 80 % des victimes de crimes violents sont des femmes.
©Fondation canadienne des femmes

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a fait une déclaration en cette Journée internationale des filles pour rappeler les investissements de son gouvernement afin de participer à l’autonomisation des jeunes femmes au pays.

« La promotion des droits des filles est une importante priorité pour notre gouvernement. La Politique d’aide internationale féministe du Canada place l’autonomisation des femmes et des filles au cœur de toute l’aide internationale que nous accordons […] Nous encourageons également le leadership des jeunes femmes, notamment au sein du Conseil jeunesse du premier ministre. Les jeunes femmes représentent plus de la moitié du Conseil, où elles ont une voix forte à l’égard d’enjeux importants pour elles et pour notre pays […] Au nom du gouvernement du Canada, Sophie et moi demandons à tous les Canadiens de se joindre à nous pour célébrer le pouvoir des filles. Les filles du Canada et d’ailleurs bâtissent un avenir meilleur pour chacun d’entre nous. Nous avons tous un rôle à jouer pour les aider à réussir et à s’épanouir. »Justin Trudeau

Radio Canada International avec ONU Femmes, le Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada, University of British Columbia, la Fondation Filles d’action, Cabinet du Premier ministre du Canada. 
Mots-clés : , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*