Certaines terres agricoles au coeur de Québec sont parmi les plus fertiles au Québec.

Selon l’UPA, 2000 hectares de terres agricoles au cœur du Québec, parmi les plus fertiles de la province, sont menacés de disparition, à cause de projets d’industrialisation et de l’étalement urbain anarchique.
Photo Credit: Radio-Canada/Guy Gingras

Faut-il remplacer 2000 ha de terres agricoles par des commerces, maisons et autres industries? L’UPA dit non!

L’étalement urbain qui met une pression importante sur les terres agricoles de la Communauté métropolitaine de Montréal doit être contenu, pour préserver ces zones et établir des règles susceptibles de mener à un aménagement durable du territoire.

Patrice Juneau, conseiller principal, affaires publiques et relations médias, UPA © UPA

La mise en garde de l’UPA, d’Équiterre et de la Fondation David Suzuki

Patrice Juneau est le porte-parole de l’Union des producteurs agricoles.

L’Union estime que près de 2000 ha de terre agricoles sont en péril sur le territoire de Montréal. C’est un grand problème qui nous préoccupe beaucoup, affirme M. Juneau.

Au moins 1000 ha de terrain pourraient disparaître, à très brève échéance, en raison de toutes sortes de demandes. On parle de dézonage pour les transformer en secteurs résidentiel, commercial et industriel, ou pour en faire un tout autre usage. Ces scénarios sont envisagés par des municipalités et des Municipalités régionales de comté (MRC). Et 1000 autres sont menacés sous le coup du projet de loi 85 du gouvernement provincial.

Ce projet de loi vise à créer l’implantation de deux pôles logistiques et d’un corridor de développement économique aux abords de l’autoroute 30 pour des entreprises liées au transport et à la logistique.

Les 2000 ha de terres agricoles concernés sont les meilleures terres au Québec, situés dans le meilleur climat propice à l’agriculture, et ils pourraient disparaître, prévient M. Juneau.

Écoutez
L'UPA relève que le projet de loi 85 du gouvernement provincial menace directement 2000 ha de terres destinées à l’agriculture dans la Communauté métropolitaine de Montréal.
L’UPA relève que le projet de loi 85 du gouvernement provincial menace directement 2000 ha de terres destinées à l’agriculture dans la Communauté métropolitaine de Montréal. © Radio-Canada

Mépris des engagements qui existent

Malgré l’adoption, en 2012, du Plan métropolitain d’aménagement et de développement, le PMAD, il y a d’un côté des maires et des préfets de MRC qui continuent de grignoter le territoire agricole, et de l’autre côté le gouvernement du Québec, avec son projet de loi 85 qui est déposé, et qui hypothèque 1000 ha de terrain tout au long de l’autoroute 30.

Selon les explications de Patrice Juneau, le PMAD gèle essentiellement le dézonage agricole sur le territoire de la communauté métropolitaine de Montréal et prévoit une densification de l’espace urbain. Ce plan représente vraiment un frein à l’étalement et au développement anarchique du territoire.

Dénonçant le projet de loi 85 du gouvernement, il relève que c’est une recette inventée pour s’assurer une emprise sur les terres agricoles, en passant outre toutes les instances, ou toutes les règles démocratiques, et en contournant ses propres lois.

Le gouvernement du Québec est invité à envoyer des orientations à tous les planificateurs du territoire pour leur indiquer les objectifs à atteindre et fixer les balises importantes.

Il doit prioritairement rappeler à ces planificateurs que la zone agricole au Québec est rare, ne représente que 2 % de l’ensemble du territoire, qu’elle est non renouvelable, et que tout doit être fait pour la protéger.

Le gouvernement doit apporter des amendements à son projet de loi 85 pour tenir compte des prérogatives de la commission de protection du territoire agricole. Il ne doit pas exclure cette commission du processus de développement dans le secteur de la logistique et du transport tout au long de l’autoroute 30, recommande M. Juneau

Il existe un plan métropolitain de développement et d’aménagement qui a été élaboré en 2012 et qui doit être respecté, réclame-t-il.

Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Faut-il remplacer 2000 ha de terres agricoles par des commerces, maisons et autres industries? L’UPA dit non!»
  1. Réduire les terres agricoles près des grands centres est se tirer dans le pied.