René Lévesque est décédé le 1er novembre 1987, deux ans après avoir quitté la vie politique. Premier ministre du Québec de 1976 à 1985, il a profondément marqué l'histoire du Québec. Le politicien René Lévesque en 1969.

René Lévesque est décédé le 1er novembre 1987, deux ans après avoir quitté la vie politique. Premier ministre du Québec de 1976 à 1985, il a profondément marqué l'histoire du Québec. Le politicien René Lévesque en 1969.
Photo Credit: Radio-Canada/André Le Coz

Découvrez les cinq métiers de René Lévesque décédé il y a 30 ans

Le premier novembre est véritablement le début du mois des morts dans le coeur de bien des indépendantistes québécois qui se souviennent du décès il y a 30 ans aujourd’hui de l’homme qui a tenté vainement de faire du Québec une nation séparée et véritablement distinctive du reste du Canada.

Certains de ces « souverainistes » affirment que le rêve de l’indépendance du Québec s’est réellement éteint avec René Lévesqque, un infatigable fumeur qui est mort d’une crise cardiaque le 1er novembre 1987, à l’âge de 65 ans et ce deux ans seulement après avoir quitté la vie politique.

Bien que cet homme ait eu une idée fixe dans la vie politique, il a dans les faits connus cinq carrières bien différentes que nous vous faisons découvrir à l’aide de cinq vidéos

1-Le journaliste (1944-1959)

René Levesque en 1951

René Lévesque en 1951

René Lévesque n’avait pas encore 14 ans qu’il occupait un emploi d’été comme traducteur, annonceur et lecteur de nouvelles à la radio de New Carlisle, sa ville natale au Québec.

À 19 et 20 ans, il travaillait dans des stations de radio de Québec. Puis à 22 ans, il a été embauché par la Voice of America qui recherchait des journalistes bilingues et qui l’envoie en Europe, alors que sévit la Seconde Guerre mondiale.

En 1946, Radio-Canada International qui venait d’ouvrir ses portes l’engage à son tour comme journaliste. Celui-ci animera, jusqu’en 1951, le programme quotidien de RCI « La Voix du Canada ».

À la fin de l’année 1951, René Lévesque devenait correspondant de guerre en Corée et  à son retour, il a été promu chef de service des reportages radiotélévisés à Radio-Canada. Il animera jusqu’en 1959 des émissions de radio et de télévision et il deviendra une personnalité publique très en vue.

2- Le politicien (1960-1968)

René Lévesque, Jean Lesage et Paul Gérin-Lajoie lors de la victoire du Parti libéral Photo : Archives La Presse/Réal Saint-Jean

René Lévesque, Jean Lesage et Paul Gérin-Lajoie lors de la victoire du Parti libéral Photo : Archives La Presse/Réal Saint-Jean

Après plusieurs années à Radio-Canada, René Lévesque s’est joint comme ministre en 1960 à l’« équipe du tonnerre » du nouveau gouvernement libéral du premier ministre québécois Jean Lesage.

Son rêve est de redonner aux Quécois la mainmise sur leurs richesses minières souterraines, toute une révolution avec une société qui était plutôt alors familière avec la révolution agraire.

Il sera au cœur de la Révolution tranquille et de la nationalisation de l’électricité à cette époque. Déçu de la position de son parti sur l’avenir politique du Québec, il quitte le Parti libéral en 1968 et il anime des émissions de radio et de télévision et devient une personnalité publique très en vue

3-L’indépendantiste dans l’opposition (1968-1976)

Fondation du Parti Québécois - Photo anonyme (1968)

Fondation du Parti Québécois – Photo anonyme (1968)

C’est le 19 novembre 1967 que René Lévesque fonde le Mouvement souveraineté-association (MSA) afin de promouvoir sa vision d’un Québec indépendant, mais associé économiquement au Canada dans le cadre d’une nouvelle union semblable à la Communauté économique européenne. C’est la formule de la souveraineté-association.

Avec la création du Parti québécois en 1968, René Lévesque qui en est le chef va voir ce parti récolter 23 % des voix et 7 sièges. Par la suite, à l’élection de 1973, le Parti québécois finit une fois de plus au deuxième rang derrière le Parti libéral dirigé par Robert Bourassa. Cette fois, il récoltera 30,22 % et six sièges.

À l’élection du 15 novembre 1976, René Lévesque mène le Parti québécois au pouvoir face aux Libéraux de Robert Bourassa en recueillant 41 % du vote et 71 des 110 circonscriptions.

Vers 22 h ce soir-là, devant des milliers de personnes en liesse rassemblées au Centre Paul-Sauvé de Montréal, René Lévesque avait prononcé un discours devenu célèbre. Il avait ainsi déclaré: « Nous ne sommes pas un petit peuple. Nous sommes peut-être quelque chose comme un grand peuple. J’ai jamais pensé que je pourrais être aussi fier d’être Québécois que ce soir. »

4- Le premier ministre souverainiste (1976-1985)

René Lévesque s'adresse à ses partisans après la victoire du Parti québécois, le 15 novembre 1976. Photo : PC/Presse canadienne

René Lévesque s’adresse à ses partisans après la victoire du Parti québécois, le 15 novembre 1976. Photo : PC/Presse canadienne

Devenu premier ministre du Québec, René Lévesque s’engage à tenir un référendum pour enclencher le processus d’accession à l’indépendance de la province du Québec.

Le 20 mai 1980, le référendum tant attendu a lieu après une campagne fort émotive.

René Lévesque essuie une défaite personnelle majeure. Le non l’emporte avec 55,6 % des voix, contre 40,44 % pour le oui. Devant des partisans du oui rassemblés au centre Paul-Sauvé, René Lévesque déclare: « Si j’ai bien compris, vous êtes en train de me dire : à la prochaine fois ».

5- Le retraité ( 1985-1987)

René Levesque quitte la vie politique

René Lévesque quitte la vie politique

Après la politique, il a brièvement renoué avec le journalisme, jusqu’à son décès.

Le 1er novembre 1987, René Lévesque meurt dans sa résidence de l’île des Sœurs. Il avait alors 65 ans.

Deux jours plus tôt, Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque, les ex-premiers ministres, s’étaient rencontrés à la librairie Paragraphe, à Montréal, dans le cadre d’une campagne de souscription en appui aux écrivains. Les deux blaguent, visiblement heureux de se revoir dans d’autres circonstances.

Lisez la suite…
Comprendre les motivations profondes des séparatistes québécois

René Lévesque, figure marquante du mouvement indépendantiste québécois, en 1979 Photo : CP/AP

René Lévesque, figure marquante du mouvement indépendantiste québécois, en 1979 Photo : CP/AP

Quel sont vos souvenirs de René Lévesque? Réagissez dans l'espace pour les commentaires au bas de cette page

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

René Lévesque aura bientôt droit à son « espace » dans sa ville natale – Radio-Canada 

René Lévesque, le politicien – Radio-Canada 

Il y a 25 ans, René Lévesque rendait l’âme – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*