Images tirées du site web du projet Brain-CODE de l’Institut ontarien du cerveau

Images tirées du site web du projet Brain-CODE de l’Institut ontarien du cerveau
Photo Credit: Institut ontarien du cerveau

Des données ouvertes permettront de mieux comprendre l’autisme

Share

Brain-CODE, la nouvelle plateforme neuroinformatique de l’Institut ontarien du cerveau, offre pour la première fois au Canada un accès aux données ouvertes dévoilant, entre autres, des secrets sur la complexité du cerveau des personnes autistes.

Les chercheurs instigateurs du projet espèrent que les données du modèle de souris, obtenues par imagerie par résonance magnétique à haute résolution, aideront les chercheurs à explorer comment l’autisme affecte le cerveau et ainsi accélérer le processus de découverte menant à de meilleurs traitements.

« Rendre accessibles au public ces données permettra aux chercheurs du monde entier de poser de nouvelles questions sur la manière dont les fondements génétiques de l’autisme conduisent à des changements dans les réseaux cérébraux. Il y aura un échange des questions et des réponses auxquelles nous n’avons même pas encore pensé. » Dr Jason Lerch, scientifique principal à l'hôpital pour enfants de Toronto, le SickKids Hospital

La publication de données ouvertes comprend 31 modèles de souris, représentant 23 génotypes, provenant d’une étude en cours avec actuellement plus de 90 modèles de souris par POND, le programme de recherche d’OBI sur les troubles neurodéveloppementaux. Les docteurs Jason Lerch, Jacob Ellegood, Mark Henkelman et leur équipe de l’hôpital des enfants de Toronto, le SickKids Hospital, ont collaboré avec plusieurs groupes de recherche nationaux et internationaux pour collecter des images avec des mutations génétiques connues pour être associées à l’autisme.

Les images identifient les zones cérébrales clés touchées par l’autisme et capturent les changements complexes dans la structure du cerveau à travers le modèle de la souris. Cela fournit des informations clés lorsque l’on compare les différences trouvées chez les personnes autistes.

Le projet est financé par l’Institut ontarien du cerveau, l’OBI, avec le soutien de Neuro Canada et des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), et dirigé par le Dr Jason Lerch du SickKids Hospital.

Selon les initiateurs du projet, à l’ère des mégadonnées et de la nécessité d’innover à partir de divers types de données, Brain-CODE offre un outil pour gérer de gros volumes de données et permettre des analyses d’ordre supérieur.

« C’est une étape cruciale pour OBI et pour la communauté de recherche en neurosciences. Nous croyons en une science différente, ce qui signifie franchir les obstacles en ce qui concerne le partage de données et l’augmentation de la collaboration. Cela permettra à plus de personnes de participer au processus de découverte grâce à l’accès à des données ouvertes de haute qualité. »Dr Tom Mikkelsen, président et directeur scientifique de l'Institut ontarien du cerveau.

Ce projet répond aux normes en matière de confidentialité et de sécurité des données puisque son cadre de gouvernance encourage le partage de données et la collaboration, sans compromettre la confidentialité des participants. En reconnaissance de cela, OBI a été désignée ambassadeur de la protection des renseignements personnels par le Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario.

Brain-CODE soutient la recherche et la gestion de données pour plus de 240 chercheurs de 40 établissements à travers le Canada, ce qui en fait une entreprise de partage de données sans précédent. Cette publication de données sera la première parmi de nombreuses autres, car OBI s’engage à générer des occasions de partage de données et vise à rendre l’ensemble de ses données de recherche accessibles à l’avenir.

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*