Propagande 2.0

Photo Credit: iStock Photo

Jeunes internautes, réfugiés syriens et propagande en ligne

Share

La chercheuse Nadia Naffi de l’Université Concordia à Montréal ne ménage pas les lecteurs de son blogue en évoquant que sous Hitler, l’Allemagne a connu les conséquences d’une nation qui a cédé à la propagande et au discours haineux. Pour elle, cela peut expliquer l’urgence du gouvernement de ce pays à promulguer une nouvelle loi, connue sous le nom de « Facebook Act », en réponse à la récente montée alarmante du discours de haine en ligne. Le Canada connaît une augmentation semblable.

  • La société de marketing des médias Cision a documenté une hausse de 600 % du nombre de messages d’intolérance et de haine dans les médias sociaux publiés par les Canadiens entre novembre 2015 et novembre 2016. les mots-clics comme #banmuslims, #siegheil, #whitegenocide et #whitepower ont été largement utilisés sur les plateformes de médias sociaux populaires tels que Twitter.
  • Aussi, un groupe de chercheurs de l’Université Ryerson de Toronto a analysé de façon critique comment les médias canadiens ont couvert l’installation des réfugiés syriens au Canada entre septembre 2015 et avril 2016. Ils ont constaté que plusieurs médias ont joué un rôle important dans le renforcement de l’image négative des réfugiés syriens et musulmans aux yeux du public. Les chercheurs de Ryerson ont constaté que les nouveaux arrivants syriens étaient stéréotypés, criminalisés (en particulier les hommes). Les réfugiés syriens étaient considérés comme des menaces pour la sécurité et les réfugiées syriennes, sans voix, opprimées et désespérées

Nadia Naffi a voulu en avoir le cœur net et a décidé de s’intéresser à la façon dont les jeunes adultes, consommateurs des contenus en ligne, perçoivent leur rôle dans la société en ce qui concerne les réfugiés, et comment ils interprètent la propagande et les messages haineux en ligne. Nous avons parlé à la chercheuse par le biais de la caméra de son téléphone cellulaire et voici ce qu’elle nous explique sur sa recherche, ses conclusions et les recommandations qu’elle fait. Regardez (vidéo d’une durée de 2 minutes) :

L’étude de Nadia Naffi a porté sur 126 entrevues en profondeur auprès de 42 jeunes de 18 à 24 ans du Canada, du Royaume-Uni, de France, de Belgique, d’Allemagne, du Portugal, d’Italie, de Pologne, de Grèce et du Liban.

Au cours des entrevues, elle a engagé ces jeunes participants dans le processus d’apprentissage d’eux-mêmes en utilisant des outils qu’elle a adaptés à partir de la psychologie des constructions personnelles. Des entrevues approfondies ont été menées auprès de ces jeunes adultes afin de comprendre leur perception de leur rôle dans l’intégration et l’inclusion des réfugiés dans leur société. Grâce aux discussions, chacun de ces 42 jeunes a eu un « moment illuminateur ».Indépendamment de leur situation géographique ou de la façon dont ils ont vécu la crise des réfugiés et les récentes attaques terroristes, ils ont eu la même réalisation soudaine.

Selon Nadia Naffi, ces jeunes ont pu constater qu’ils :

  • pouvaient non seulement contrôler la façon dont les médias sociaux les influençaient,
  • avaient un rôle à jouer pour façonner l’image des réfugiés grâce à ce qu’ils partageaient en ligne.
  • pouvaient critiquer le contenu des médias
  • éprouvaient de l’empathie envers les réfugiés et les personnes qui ont rejeté les nouveaux arrivants.

Nadia Naffi est convaincue que les 42 jeunes participants de son étude sont passés de spectateurs passifs à des agents de changement, prêts à jouer un rôle de chef de file pour contrebalancer la propagande haineuse contre les réfugiés.

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Jeunes internautes, réfugiés syriens et propagande en ligne
  1. Jocelyne Simard dit :

    Bravo pour cette initiative porteuse d’espérance pour changer les perceptions et les agissements. Une cible qui peut contrecarrer les personnes qui propagent des messages d’exclusion et de haine. Merci