Les avions pourraient être vulnérables aux pirates informatiques

Les avions pourraient être vulnérables aux pirates informatiques
Photo Credit: iStock

Quand les pirates informatiques sont les plus futés et les plus rapides

Share

Sur le web, il y a très peu de différence entre les pirates et les détectives qui les chassent. Dans leur perpétuel combat, ils partagent les mêmes compétences et les mêmes outils.

Ainsi, chaque jour, partout sur la planète, de 25 à 30 millions de cyberattaques sont perpétrées. Des millions d'autres, plus sophistiqués, passent inaperçues.
Ainsi, chaque jour, partout sur la planète, de 25 à 30 millions de cyberattaques sont perpétrées. Des millions d’autres, plus sophistiqués, passent inaperçues. © iStock

La Banque du Canada a averti le public, dans sa revue semestrielle publiée le mois dernier, que le haut niveau d’interconnexion entre les institutions financières canadiennes fait en sorte qu’une seule cyberattaque réussie pourrait contaminer tout le système bancaire.

Pour contrecarrer une attaque, les experts en défense au Canada affirment heureusement disposer depuis peu d’un outil redoutable : l’intelligence artificielle.

Celle-ci collige l’information produite par le réseau informatique de l’entreprise et celle recueillie sur le web profond, cet endroit hors-la-loi du web où se cachent les pirates. En combinant ces deux sources d’informations, l’intelligence artificielle parvient à analyser le niveau de risque en continu.

Mais la montée de l’intelligence quantique pourrait bientôt fournir une longueur d’avance aux pirates.

Écoutez

L’avantage de l’intelligence artificielle : découvrir la trace des pirates plus rapidement

Alors que, dans le passé, on tentait de tracer des méthodes de piratage, longtemps après qu’elles eurent été mises en application par des pirates, les techniques d’intelligence artificielle qui utilisent l’apprentissage automatique permettent d’analyser un immense volume de données pour relever des tendances de comportements anormaux imperceptibles pour les humains.

Les experts s’attendent à ce que les ordinateurs deviennent si sophistiqués qu’ils trouvent des réponses à des questions que les humains ne pourront même pas complètement comprendre. Le problème, entre-temps, c’est que les pirates peuvent tirer parti de la même intelligence artificielle pour analyser plus rapidement les zones de vulnérabilités d’un réseau informatique.

David Décary-Hétu, professeur adjoint à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, soutient que les protecteurs de réseaux de cybersécurité peuvent avoir l’avantage sur des pirates en ce moment en utilisant l’intelligence artificielle. « Mais qui sait ce qui se produira d’ici quelques années », dit-il.

David Décary-Hétu, professeur adjoint à l’École de criminologie de l’Université de Montréal.
David Décary-Hétu, professeur adjoint à l’École de criminologie de l’Université de Montréal © Radio-Canada

Attention aux mathématiques quantiques

Les pirates pourraient compter dans l’avenir sur leurs connaissances en mathématiques quantiques. Les scientifiques, qui maîtrisent bien plus que nous les rudiments du monde quantique, ruminent.

Le développement de cette science va nous mener tout droit, disent-ils, vers des ordinateurs quantiques capables bien sûr d’échanger des informations à des vitesses renversantes. Mais ces ordinateurs vont poser de grands problèmes de sécurité, affirment ces experts, autant pour le petit utilisateur sur Facebook que pour les géants comme Apple et Microsoft.

L’avenir s’annonce terrifiant en ce qui concerne la protection de nos informations personnelles et notre vie privée en ligne, explique le spécialiste québécois en cryptographie Gilles Brassard.

Gilles Brassard, cryptologue montréalais qui a contribué à jeter les bases de la cryptographie quantique. Photo : Radio-Canada / Matthieu Dugal
Gilles Brassard, cryptologue montréalais qui a contribué à jeter les bases de la cryptographie quantique. Photo : Radio-Canada / Matthieu Dugal

Aide-mémoire
– L’un des plus récents événements de piratage à avoir retenu l’attention concerne l’agence mondiale de crédit Equifax. Des pirates ont eu accès à des renseignements personnels, tels que des noms, des numéros d’assurance sociale et des numéros de carte de crédit, en plus de noms d’utilisateurs, de mots de passe et de questions/réponses de sécurité.
– Les informations personnelles de 19 000 Canadiens et de 145,5 millions d’Américains auraient été compromises.
– Le vol de données à Equifax a été découvert en juillet dernier, plusieurs mois après les premières introductions des pirates, et le public n’a été informé qu’en septembre.
– Selon le fondateur et président de la firme Rank Software de Toronto, Niranjan Mayya, il faut en moyenne 143 jours pour repérer une faille dans un système informatique.

Equifax
Equifax © Mike Stewart

RCI avec la contribution de Matthieu Dugal, Arnaud Decroix, Danny Lemieux, Frédéric Arnould, Jean-Sébastien Bernatchez, Céline Galipeau de Radio-Canada

En complément

Le cerveau de l’intelligence artificielle pourrait naître à Montréal – RCI 

Près de 100 pays visés par une cyberattaque – Radio-Canada 

143 millions de clients d’Equifax touchés par un acte de piratage – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*